Cet article date de plus de huit ans.

Boeing 787: les enquêteurs ignorent ce qui provoque les incendies dans les batteries

Lors d'une conférence de presse, la présidente de l'agence américaine en charge de l'enquête a laissé entendre que ces avions n'étaient pas près de revoler.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un Boeing 787 Dreamliner le 12 novembre 2012 à Auckland en Nouvelle-Zélande. (BRADLEY AMBROSE / AFP)

Les enquêteurs américains ne savent toujours pas ce qui provoque les incendies dans les batteries des Boeing 787 Dreamliner et il faudra encore "beaucoup de travail pour comprendre". Jeudi 24 janvier, par la voix de la présidente de l'agence américaine de sécurité aérienne (NTSB), Deborah Hersman, ils se sont même dits"très préoccupés" par ces incidents. En clair, l'avion n'est pas près de revoler.

Lors d'une conférence de presse, Deborah Hersman a insisté sur le fait que deux incendies en l'espace de deux semaines représentaient un problème "très sérieux". "Ce que nous savons, c'est qu'il y a eu une très forte montée de chaleur et des court-circuits", a-t-elle précisé. Or, "ces évènements ne devraient pas arriver" car il y a des systèmes de sécurité destinés à empêcher des incendies. "Ces systèmes n'ont pas fonctionné et nous devons comprendre pourquoi".

Un incendie de batterie est survenu sur un 787 de Boeing appartenant à la compagnie japonaise JAL à Boston le 7 janvier, puis un autre au Japon le 16 janvier sur un autre Boeing 787 de la compagnie nippone ANA. Après ce deuxième incident, les autorités aériennes américaines (FAA) ont décidé d'interdire de vol les 787 enregistrés aux Etats-Unis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.