Cet article date de plus de dix ans.

Après PSA, Renault forcé de recourir au chômage partiel

Le constructeur automobile annonce aujourd'hui que plusieurs sites s'arrêteront de travailler quelques jours. Raison principale: un ralentissement de la demande sur le marché.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des salariés de l'usine Renault à Douai (Nord) qui doit fermer quelques jours en octobre 2011, ici le 25 mai 2010. (PHILIPPE HUGUEN/AFP)

Après le constructeur automobile PSA Peugeot Citroën, c'est au tour du groupe Renault d'avoir recours à des mesures de chômage partiel pour faire face à un ralentissement de la demande. Le constructeur automobile a annoncé, lundi 24 octobre, que l'usine de Douai, dans le Nord, où sont produits les monospaces Scenic, sera fermée du 26 octobre au 1er novembre inclus. D'autres sites feront le pont du 29 octobre au 1er novembre. Mais le porte-parole de Renault assure qu'une telle mesure est "très fréquente".

A plusieurs reprises déjà, des salariés de PSA Peugeot Citroën ont été mis au chômage partiel. En octobre, ce fut le cas notamment des sites de Poissy, dans les Yvelines, et de Rennes-la-Janais, en Ille-et-Vilaine. 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.