Air France proposerait 60 000 euros à ses pilotes pour aller chez Transavia

FRANCE - S'ils acceptent, ils travailleront 15% de plus, indique l'AFP.

La compagnie low cost Transavia, filiale d\'Air France, est spécialisée dans le tourisme.
La compagnie low cost Transavia, filiale d'Air France, est spécialisée dans le tourisme. (IBO / SIPA)

Confrontée à un sureffectif chez ses pilotes, Air France aurait sorti les grands moyens. L'entreprise proposerait une prime de plusieurs dizaines de milliers d'euros pour les inciter à aller travailler au sein de la filiale low cost Transavia, ont indiqué à l'AFP jeudi 26 juillet des sources internes à la compagnie française. "Pour les inciter à voler pour Transavia pendant trois ans, une prime correspondant à cinq à six mois de salaire leur a été proposée cette semaine", a déclaré l'une d'entre elles.

"Les sommes qui circulent sont 60 000 euros pour un commandant et 30 000 euros pour un copilote", affirme une autre source, qui précise que le salaire moyen tous pilotes et commandants confondus est de l'ordre de 10 000 euros par mois. En contrepartie de cette prime, les pilotes travailleront plus, les pilotes de Transavia étant 15% plus productifs que ceux d'Air France (environ 800 heures de vols par an), pour un salaire équivalent.

"Ces sommes sont scandaleuses"

La direction, qui n'a pas commenté cette information, avait annoncé le mois dernier qu'elle comptait supprimer 10% de ses effectifs d'ici fin 2013. Sur les 5 122 postes supprimés, 1 712 correspondent à des départs naturels non remplacés et 3 410 au sureffectif estimé par la compagnie, dont 450 pilotes sur les quelque 4 000 au total. Le groupe Air France-KLM est en pleine restructuration. Il vise deux milliards d'économie à l'horizon 2015, avec 20% d'efficacité économique supplémentaire.

"Ces sommes sont scandaleuses et elles devraient être encore plus scandaleuses car on parle de moyennes. Ceux qui vont en bénéficier seront ceux qui gagnent le plus", a commenté un commandant de bord, sous couvert d'anonymat. "Je trouve ça d'autant plus choquant que des tas de personnels doivent se serrer la ceinture. Et cela va par ailleurs bloquer les avancements de carrière de nos collègues de Transavia."