Entrepreneurs : ils se sont lancés grâce au microcrédit

C'est la semaine du microcrédit, et France 2 vous propose de comprendre cette forme de prêt proposée à ceux qui veulent créer leur propre emploi, mais que les banques refusent d'aider.

Voir la vidéo
France 2

Ce commerçant en plein déménagement quitte Hulluch (Pas-de-Calais), dans la banlieue de Lens, pour un magasin plus grand sur la côte d'Opale. "Sur la côte, je vais augmenter le chiffre d'affaires, confie Philippe Gorgibus. Quand ici on a 3 800-4 000 habitants, je pense que sur la côte, en période de vacances, c'est multiplié par quatre ou cinq." Sa boutique de savon et de bougies au lait d'ânesse a permis à cet ancien garagiste de sortir du chômage. Lorsque nous l'avions rencontré en 2015, les banques refusaient de lui prêter de l'argent. Une association lui avait accordé un microcrédit.

30 000 euros de chiffre d'affaires

Trois ans plus tard, il nous emmène visiter son nouveau magasin, à Stella-Plage (Pas-de-Calais). Dans cette station balnéaire près du Touquet, Philippe Gorgibus espère attirer une clientèle plus aisée, et muscler son chiffre d'affaires encore modeste : 30 000 euros. Cette année, le chef d'entreprise prévoit aussi de salarier son épouse : "Moi j'ai l'habitude d'être salariée, donc ça ne va pas me changer beaucoup. Mais c'est sûr qu'avec Philippe ce sera du plaisir, que du bonheur pour moi", explique Sabrina Gorgibus, employée du magasin "La douce odeur". Embaucher, s'agrandir, tous les bénéficiaires d'un microcrédit ne peuvent pas se le permettre. Philippe Gorgibus a réussi à créer une entreprise pérenne, comme plus de la moitié des bénéficiaires d'un microcrédit.

Le JT
Les autres sujets du JT
C\'est la semaine du microcrédit, et France 2 vous propose de comprendre cette forme de prêt proposée à ceux qui veulent créer leur propre emploi, mais que les banques refusent d\'aider.
C'est la semaine du microcrédit, et France 2 vous propose de comprendre cette forme de prêt proposée à ceux qui veulent créer leur propre emploi, mais que les banques refusent d'aider. (France 2)