Cet article date de plus d'onze ans.

Entamée depuis le début de l'année, la baisse du moral des ménages français se poursuit à -34 points, selon l'Insee

En mars, l'opinion des ménages sur le niveau de vie passé en France a continué à baisser (-1 point, après -5 en février), relève l'Institut national de la statistique.Mais ce sont surtout les perspectives d'évolution du niveau de vie en France qui s'assombrissent aux yeux des ménages (-5 points), selon l'Insee.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (AFP)

En mars, l'opinion des ménages sur le niveau de vie passé en France a continué à baisser (-1 point, après -5 en février), relève l'Institut national de la statistique.

Mais ce sont surtout les perspectives d'évolution du niveau de vie en France qui s'assombrissent aux yeux des ménages (-5 points), selon l'Insee.

Plus nombreux à anticiper une hausse du chômage
L'opinion des ménages sur leur propre situation financière est mieux orientée : elle est stable sur les perspectives d'évolution de celle-ci et remonte de 2 points sur leur situation financière passée, ajoute l'Insee.

Les ménages sont aussi un peu plus nombreux à considérer comme opportun de faire des achats importants (+1 point).

En mars, les ménages sont plus nombreux qu'en février à anticiper une augmentation du chômage (+5 points). "Depuis qu'il avait atteint son plus haut niveau historique en juin 2009, ce solde avait baissé de 35 points de façon quasi continue", rappelle l'Insee.

Les ménages sont également un peu plus nombreux en mars qu'en février à penser que l'inflation a augmenté dans le passé (+1 point) et qu'elle va remonter dans le futur (+2 points).

Ils sont un peu plus optimistes sur leur capacité à épargner dans les mois à venir (+2 points), selon l'Insee. En revanche, ils pensent que le moment est actuellement moins opportun pour épargner qu'en février (-2 points).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.