Réorganisation d'EDF : Bruno Le Maire appelle à "oublier" le projet Hercule

Le projet Hercule, décrié par les syndicats, prévoyait de scinder le groupe en trois entités distinctes"Nous ne démantèlerons pas EDF", promet le ministre de l'Economie, dans une interview au quotidien "Ouest-France".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, lors d'une conférence de presse,  (ANDREA SAVORANI NERI / NURPHOTO / AFP)

"Oublions Hercule et construisons ensemble le grand EDF. Voilà le message que je porte aux organisations syndicales", a déclaré le ministre de l'Economie, vendredi 23 avril, dans une interview à Ouest-France. Le projet Hercule visait à réorganiser EDF en scindant le groupe en trois entités distinctesLes syndicats, comme un large spectre de l'opposition, dénonçaient ce projet, y voyant un risque de démantèlement d'une entreprise stratégique. "Nous ne démantèlerons pas EDF", a assuré Bruno Le Maire dans les colonnes du quotidien. 

"Son unité passe par des garanties formelles sur lesquelles nous sommes encore en discussion avec la Commission : par exemple une direction des ressources humaines qui puisse s'occuper de l'ensemble des salariés du groupe."

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie

à Ouest-France

"Atout majeur de notre indépendance nationale", EDF "doit pouvoir réinvestir dans le nucléaire et se développer sur les énergies renouvelables à un rythme beaucoup plus rapide", a plaidé le ministre. "La transformation du grand EDF doit aussi nous permettre de garantir des tarifs stables pour protéger les ménages français et les entreprises du risque de fluctuation des prix énergétiques", a-t-il ajouté.

Les discussions entre la France et Bruxelles sur l'avenir d'EDF sont entrées dans leur phase finale. "Nous avons des lignes rouges. Nous les ferons respecter auprès de la Commission européenne. L'unité du groupe EDF ne se négocie pas", a lancé Bruno Le Maire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.