Crise énergétique : les contours du plan de sobriété du gouvernement

Publié Mis à jour
Crise énergétique : les contours du plan sobriété du gouvernement
Article rédigé par
J. Nény, T. Curtet, A. Mezmorian R. Asencio, J. Boulesteix, N. Bensmail M. Renier, L. Crouzillac, J. Chouquet - France 3
France Télévisions

Le gouvernement présente jeudi en grande pompe son plan de sobriété énergétique, destiné à préparer un hiver difficile, sans gaz russe et avec de nombreux réacteurs nucléaires arrêtés.

Monde du sport, du travail, administrations, commerces, industries... Tous les secteurs ont été sollicités : le gouvernement présente jeudi 6 octobre en grande pompe son plan de sobriété énergétique, destiné à préparer un hiver difficile, sans gaz russe et avec de nombreux réacteurs nucléaires arrêtés.

Parmi les "dizaines de mesures" prévues, figurent par exemple un bonus de 100 euros dès le 1er janvier 2023 pour chaque nouvel inscrit sur une plateforme de covoiturage. 

Ce plan concerne également les collectivités et leurs équipements sportifs en particulier, avec un mot d’ordre : baisser la température de 2°C dans les gymnases et de 1°C dans les piscines. 

L’indemnité de télétravail des fonctionnaires revalorisée 

Dans les stades, les fédérations vont réduire les temps d’éclairage de 50% avant et après les matchs, et de 30% en soirée. L’État n’oublie pas d’appliquer son plan à lui-même et donc à la fonction publique. L’indemnité télétravail va ainsi être revalorisée de 2,50 euros à 2,88 euros par jour pour les fonctionnaires. En outre, l’eau chaude ne sera plus obligatoire, à l’exception des douches, dans les bâtiments publics.  

Ces mesures doivent permettre de réduire de 10% la consommation d'énergie de la France, "maintenant la question c'est est-ce que l'encouragement, l'incitation vont suffire à faire qu'on ait bien ces leviers activés complètement", questionne Anne Bringault, coordinatrice des programmes de l'association Réseau Action Climat. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.