Energies renouvelables : la crise a créé un "élan sans précédent", selon l'Agence internationale de l'énergie

Selon le rapport 2022 de l'AIE, le monde devrait développer dans les cinq ans à venir autant de capacités renouvelables qu'il l'a fait lors des vingt dernières années.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des panneaux solaires et éoliennes (image d'illustration). (FREELANCE IMAGES / UNIVERSAL IMAGES / UIG / AFP)

La crise énergétique a créé "un élan sans précédent" pour le déploiement des énergies renouvelables, dont les capacités mondiales devraient presque doubler au cours des cinq prochaines années, souligne l'Agence internationale de l'énergie (AIE), mardi 6 décembre. Selon son rapport 2022 sur les énergies renouvelables, le monde devrait développer dans les cinq ans à venir autant de capacités renouvelables qu'il l'a fait lors des vingt dernières années. 

Solaire et éolien en particulier vont ainsi devenir la première source d'électricité dans le monde d'ici 2025, en détrônant le charbon. Les pays cherchent à réduire leur dépendance aux énergies fossiles, surtout depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

La capacité renouvelable mondiale devrait gagner 2 400 gigawatts (GW) sur la période 2022-2027, soit autant que la capacité électrique actuelle de la Chine. Cela représente un tiers de plus que ce qu'envisageaient les experts il y a encore un an, ont calculé les analystes de l'AIE. L'agence relève "la rapidité avec laquelle les gouvernements ont su pousser encore un peu plus les renouvelables".

"Un tournant historique"

C'est particulièrement vrai pour les pays européens, qui cherchent à remplacer le gaz russe. Les capacités renouvelables installées en 2022-2027 devraient doubler par rapport aux cinq années passées. Ailleurs, la Chine, les Etats-Unis et l'Inde mènent le mouvement, avec des plans et des réformes de marché qui n'étaient pas forcément attendus aussi vite. 

"L'exemple [des renouvelables] montre que la crise énergétique pourrait être un tournant historique vers un système énergétique mondial plus propre et plus sûr", selon le directeur de l'AIE, Fatih Birol. Il rappelle qu'une telle "accélération continue est critique si l'on veut garder une possibilité de limiter le réchauffement à 1,5°C" par rapport à la révolution industrielle.

En terme de technologies, solaire et éolien terrestre forment aujourd'hui les moyens de production électrique les moins coûteux dans la majorité des pays. Le rapport prévoit un triplement du parc photovoltaïque sur 2022-2027, notamment sur les toits des commerces et des résidences. L'éolien devrait lui doubler en capacité sur la période. Enfin, la demande en biocarburants devrait croître de 22%, selon l'AIE. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.