Emmanuel Macron inaugure le premier parc éolien offshore français : trois questions sur le développement du secteur en France

Alors que le président de la République se rend ce jeudi à Saint-Nazaire, où 80 éoliennes ont été installées en mer, franceinfo fait le point sur l'énergie ainsi produite aujourd'hui dans le pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le parc éolien offshore au large de Saint-Nazaire, le 20 mai 2022. (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

Emmanuel Macron se rend jeudi 22 septembre à Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique où 80 éoliennes offshore sont sorties de l'eau depuis le printemps dernier. A l'occasion de ce déplacement, le président de la République présentera les "grands axes" du projet de loi d'accélération des énergies renouvelables, qui sera présenté le 26 septembre au Conseil des ministres. Lors d'un déplacement à Belfort, le 10 février 2022, le chef de l'Etat avait fixé l'objectif de doter la France d'une cinquantaine de parcs éoliens en mer dans les années qui viennent, pour viser "40 gigawatts en service en 2050". Mais le pays est encore loin de cet objectif.

Combien y a-t-il d'éoliennes qui tournent en France ?

Il y a un peu moins de 9 000 éoliennes qui produisent de l'électricité en ce moment. Leur développement s'est accéléré depuis une petite dizaine d'années : il y en avait quasiment moitié moins en 2014.

Les régions où les éoliennes se sont le plus développées sont les Hauts-de-France et le Grand-Est, qui représentent à elles seules 50% de la puissance raccordée en France. À l'inverse, l'Île-de-France, la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, la Corse et les outre-mer sont les régions de loin les moins pourvues.

Le parc éolien en mer est, quant à lui, encore très faible : avant le parc de Saint-Nazaire, la France ne comptait qu'une seule éolienne offshore, flottante, au large du Croisic. Cependant, plusieurs parcs, dont les appels d'offre remontent à plus de dix ans, vont sortir de l'eau d'ici 2024 : ce sera le cas à Saint-Brieuc, Fécamp et Courseulles-sur-Mer.

La France est-elle en retard par rapport à ses voisins ?

Si on regarde la part de l'éolien dans la production d'électricité des principaux pays européens, la France est clairement à la traîne. En France, le vent a produit un peu moins de 8% de l'électricité en 2020, derrière les barrages hydroélectriques et surtout derrière le nucléaire qui représente presque 70% de la production française.

Parmi nos voisins directs, l’Allemagne est en avance : l'éolien pèse pour plus de 20% de sa production d'électricité, c'est trois fois plus que chez nous. Même chose en Espagne. D'autres pays vont encore plus loin : la part d'électricité produite par les éoliennes atteint presque 30% au Royaume-Uni, 40% au Portugal et même 60% au Danemark.

Pourquoi est-on en retard ?

D'abord en raison d'un retard à l'allumage : la première éolienne a été installée en France au début des années 1990 seulement. Plusieurs pays européens, comme l'Allemagne et le Danemark, avaient déjà lancé à l'époque une production à plus grande échelle. Ensuite, c'est aussi parce qu'il existe aujourd'hui des recours contre les projets d'éoliennes, qui ont retardé de plusieurs années les chantiers.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.