Cet article date de plus d'un an.

EDF annonce une perte historique de 5,3 milliards d'euros au premier semestre 2022

L'entreprise, en passe d'être renationalisée, souffre de la multiplication des arrêts de réacteurs nucléaires et de l'obligation de vendre son électricité aux autres fournisseurs.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le siège d'EDF à La Défense (Hauts-de-Seine), le 9 mai 2022. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Alors que les ménages voient leurs factures d'énergie augmenter, l'énergéticien EDF est lui-même en difficulté. L'entreprise a annoncé, jeudi 28 juillet, avoir subi une perte historique de 5,3 milliards d'euros au premier semestre. "Y a-t-il déjà eu dans l'histoire d'EDF un semestre dont les chiffres étaient aussi négatifs ? J'en doute beaucoup", a reconnu son PDG Jean-Bernard Lévy lors de la présentation des résultats.

Ils s'expliquent notamment par la baisse de la production d'électricité nucléaire depuis le début de l'année : douze des 56 réacteurs en France sont à l'arrêt pour des problèmes de corrosion, et dix-huit autres pour des opérations de maintenance programmées. "Dans une moindre mesure", la production hydroélectrique est également en baisse, a expliqué Jean-Bernard Lévy dans un communiqué.

Un effet du bouclier tarifaire

Ce dernier attribue également les pertes à "l'effet du bouclier tarifaire mis en place en France" pour atténuer l'inflation du prix de l'électricité sur la facture des ménages. Dans ce but, le gouvernement a en effet obligé EDF à vendre davantage d'électricité bon marché à ses concurrents. Ce qui oblige l'entreprise, pour compenser, à acheter de l'électricité sur les marchés, où le prix est particulièrement élevé sur fond de guerre en Ukraine.

Le chiffre d'affaires d'EDF est pourtant en forte progression (+ 67,2%), à 66,262 milliards d'euros, soutenu par la forte hausse des prix de l'électricité et du gaz en Europe.

C'est donc un groupe en grande difficulté que l'Etat s'apprête à renationaliser, via une offre publique d'achat (OPA) des 16% d'actions non détenues par l'Etat. Son endettement financier net, à 42,8 milliards d'euros fin juin, a été stabilisé par une augmentation de capital de 3,1 milliards d'euros, lancée en mars.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.