Climat : pétrole, charbon, gaz... Les énergies fossiles pointées du doigt

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Climat : pétrole, charbon, gaz... Les énergies fossiles pointées du doigt
France 2
Article rédigé par
P-L. Monnier, F. Vallet, A. Lo Cascio, A. Bouville, S. Alazard, E. Noël - France 2
France Télévisions

Les énergies fossiles représentent 81% de la consommation d'énergie dans le monde. Aujourd'hui, de nombreuses voix demandent l'arrêt immédiat des projets d'extraction des énergies fossiles.

Les puits de pétrole, de gaz et de charbon sont à chaque fois pointés du doigt. Principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre, ils continuent pourtant de répondre à la plupart de nos besoins. Alors, notre consommation d'énergies fossiles est-elle en baisse ? Selon l'Agence internationale de l'énergie, lors du premier rapport du GIEC en 1990, 81,18% de l'énergie consommée dans le monde était fossile.

La Chine et l'Inde parmi les mauvais élèves

Trente ans plus tard, rien n'a changé. C'est même un tout petit peu plus : 81,22%. Les énergies renouvelables se sont développées, mais pas assez pour répondre à l'explosion de la demande mondiale. Mais qui sont les mauvais élèves en matière d'énergies fossiles ? Sans surprise, il y a la Chine. En 30 ans, sa consommation a bondi de 326%. Même chose pour l'Inde, avec +325%. Pour les États-Unis, l'augmentation semble plus faible, avec +9%, mais la première puissance mondiale consommait déjà beaucoup d'énergie fossile il y a 30 ans. Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, l'Agence internationale de l'énergie plaide pour un arrêt immédiat de tout nouveau projet fossile. Mais dans les faits, ces énergies polluantes continuent de capter l'argent public. Selon les Nations unies, la production d'énergie fossile pourrait augmenter de 2% par an, soit très loin de l'objectif de l'Accord de Paris.

Parmi Nos Sources

Agence internationale de l’énergie (IEA)

REN21

Liste non exhaustive

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Energie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.