Une carte d'identification pour lutter contre le travail illégal dans le bâtiment

A partir du mois dejuin 2017, tous les travailleurs du secteur du bâtiment devront être dotés d'une carte professionnelle. Elle a été présentée mercredi par le Premier ministre et la ministre du Travail. Elle servira à lutter contre le travail illégal.

La ministre du Travail Myriam El Khomri présente une carte destinée aux employés du BTP. Ici, en 2015.
La ministre du Travail Myriam El Khomri présente une carte destinée aux employés du BTP. Ici, en 2015. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve et la ministre du Travail Myriam El Khomri lancent officiellement un nouvel outil, mercredi 4 janvier. II s'agit d'une carte d'identification destinée aux employés du bâtiment. L'objectif est de lutter contre le travail illégal  Les deux membres du gouvernement assisteront à l'impression des premières cartes à l'imprimerie nationale de Flers-en-Escrebieux, dans le Nord.

Le dispositif, inscrit dans la loi Macron, prévoit d'attribuer à chaque salarié une carte d'identification obligatoire. Chacune est dotée d'un code que les inspecteurs du travail pourront scanner, afin d'obtenir les informations sur l'employé, notamment son statut, selon le site du gouvernement dédié.

Obligatoire à partir de juin 2017

La carte devra être commandée par les employeurs du BTP ou les agences d'intérim dans le cas des salariés intérimaires, sur Internet. Elles coûtent 10,80 euros par salarié, elles sont obligatoires à partir de juin 2017. La mesure concerne aussi les travailleurs détachés, originaires de l'Union européenne. 

Dès février 2016, la Fédération française du bâtiment (FFB) s'était félicitée de la future instauration du dispositif. "La carte d’identification du BTP est le meilleur moyen pour identifier qui est qui sur un chantier et mettre, ainsi, un coup d’arrêt au travail illégal et à la concurrence sociale déloyale" a déclaré son président Jacques Chanut. 1,6 million de personnes travaillent aujourd'hui dans le BTP en France, selon les statistiques de l'Observatoire des métiers du BTP.