Cet article date de plus de quatre ans.

Toujours plus tertiaire, plus féminin, plus diplômé : l'évolution de l'emploi en France depuis 30 ans

La direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) a publié, vendredi, une étude sur l'évolution des métiers en France depuis 30 ans. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un homme devant une agence d'intérim (Photo d'illustration). (LIONEL VADAM  / MAXPPP)

Le tertiaire a été le secteur qui a créé le plus d'emplois, notamment dans le domaine de la santé et de l’action sociale, culturelle et sportive ainsi que ceux des services aux particuliers. Ces métiers représentent aujourd'hui 77% des emplois, contre 65% en 1980. C'est ce que nous apprend une enquête de la Dares (direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques), publiée vendredi 13 janvier, sur l'évolution des métiers en France depuis 30 ans. 

Le secteur agricole déserté

À l’inverse, les effectifs des métiers agricoles, industriels et artisanaux ont fortement reculé. Les métiers de l’industrie représentent 12% de l’emploi total contre 18% il y a 30 ans. Cette baisse s’explique en partie avec la délocalisation, la mécanisation, la complexification des méthodes de production et le développement des démarches "qualité".

Les métiers agricoles connaissent la plus forte baisse dans l’emploi. Sur la période 2012-2014, 958 000 personnes exerçaient un emploi lié à l’agriculture, l’élevage et la pêche. Ils étaient plus de deux millions au début des années 1980. Cette baisse est dûe à celle du nombre d’agriculteurs et d’éleveurs indépendants.

Féminisation et vieillissement de l'emploi

Selon la Dares, la féminisation de l’emploi et le vieillissement des actifs en emploi sont aussi des tendances fortes de cette étude. Les femmes occupent ainsi 48% des emplois en moyenne sur la période 2012-2014, contre 41 % il y a 30 ans. La présence des femmes s’est nettement accrue dans les professions des services administratifs, comptables et financiers. Elles y occupent 70 % des postes contre 46 % il y a trente ans.

La population en âge de travailler a fortement vieilli au cours des 15 dernières années. La part des 50 ans et plus dans l’emploi, stable autour de 17% au début des années 1980, n’a cessé d’augmenter depuis, pour atteindre 29% en 2012-2014.

Les employés sont plus diplômés

On observe également un fort recul des métiers non qualifiés, notammentchez les ouvriers. L'effectifs des métiers d’ouvriers non qualifiés a en effet globalement chuté (– 1,2 million), tandis que ceux des métiers d’ouvriers qualifiés sont restés stables.

L’étude montre aussi que le niveau de diplôme des personnes en emploi, ayant terminé leurs études initiales, a fortement progressé. En 2012-2014, les deux tiers des moins de 30 ans en emploi ont au moins le bac, contre seulement 41 % des 50 ans ou plus.

La forte hausse du salaire minimum, et celle du nombre de diplômés, a aussi pu exercer une pression à la modération salariale pour les métiers recrutant parmi les plus diplômés.

Forte hausse du travail à temps partiel

Depuis 30 ans, on assiste à la chute des effectifs non-salariés : ils étaient 3,8 millions au début des années 1980 contre 2,9 millions aujourd’hui. En revanche, en intérim, la part du salariat dans l’emploi est passée de 83 % à 89 % en trente ans. Ainsi, 22,9 millions de personnes sont salariées en 2012-2014, contre 18,6 millions au début des années 1980.

Le travail à temps partiel s’est quant à lui fortement développé, surtout dans les métiers du tertiaire. En moyenne sur la période 2012-2014, près de 4,8 millions de personnes travaillent à temps partiel contre 2,2 millions au début des années 1980.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emploi

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.