Cet article date de plus de huit ans.

Les recruteurs, les jeunes et la crise?

La crise est là. On le saura. Mais certaines questions demeurent : quelles seront les conséquences de cette déroute financière sur les emplois ? Qui des jeunes ou des recruteurs la redoute le plus ? Réponse dans ce sondage Ifop.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

La crise est là. On le saura. Mais certaines questions demeurent : quelles seront les conséquences de cette déroute financière sur les emplois ? Qui des jeunes ou des recruteurs la redoute le plus ? Réponse dans ce sondage Ifop.

L'attitude des recruteurs face à la crise

Parmi les recruteurs, les inquiets l'emportent avec 53%. Résultat mitigé donc. Une touche rigolote, avec 15 points d'écarts, les femmes DRH semblent plus optimistes que leurs alter égos masculins. Etonnant ?

Concrètement, quels seront les conséquences de cette inquiétude sur les recrutements : frilosité à embaucher, multiplication des contrats précaires et des temps partiels, salaires moins élevés... Le marché de l'emploi risque donc de n'être guère accueillant pour les jeunes. 

L'attitude des jeunes face à la crise

Les jeunes, eux remportent la palme avec 61% d'angoissés. Des compromis ? Oui, ils sont prêts à en faire pour trouver un emploi. Ils le promettent : 62% d'entre eux se montreront plus souples, quitte à revoir à la baisse leurs prétentions salariales. La recherche d'un CDI bien payé risque d'être longue, jusqu'à quelques années de stages, de contrats précaires ou de CDI payés par l'expérience plus que par le salaire. Les plus inquiets des sondés demeurent les 14-17 ans avec un pic d'inquiétude pour les jeunes étudiants des filières techniques. Devant arriver sur le marché de l'emploi dans quelques années, ils craignent son état. Retrouvez tous les résultats de l'étude ?Les lycéens et étudiants et les recruteurs face à la crise économique?.

 

18 novembre 2008

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Premier Emploi

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.