Quel financement après la suppression de la redevance ?

Publié Mis à jour
Audiovisuel public : quel financement après la suppression de la redevance ?
FRANCE 2
Article rédigé par
C. Motte, B. Garguy-Chartier, L. Seux, C. Hilary, S. Agrabi, D. Turpin, R. Gardeux, M. Dumas, N. Sadok - France 2
France Télévisions

Bientôt supprimée, la redevance est la principale source de financement pour l’audiovisuel public. Sa disparition inquiète ses acteurs qui craignent pour leur pérennité et leur indépendance.

Promue par des spots publicitaires dans les années 80, la redevance télé vit sûrement ses dernières heures. Promesse de campagne et volonté du président Emmanuel Macron, sa suppression devrait être étudiée prochainement sur les bancs de l'Assemblée Nationale. Créée en 1933, elle ramène aujourd'hui plus de 3 milliards d'euros, principalement destinés à France Télévisions et Radio France.

Impôt nouveau ou fraction d’une taxe déjà existante ?

Aurore Bergé, présidente du groupe Renaissance, la majorité présidentielle, à l'Assemblée Nationale plaide pour prélever une fraction de la TVA. "On ne crée pas un impôt nouveau", assure-t-elle. La gauche craint, de son côté, une mise sous tutelle. "C'est une promesse d'asphyxie pour le service public de l'audiovisuel", avance Sarah Legrain, députée Nupes-LFI de Paris. La professeure d'économie à Sciences Po et spécialiste des médias Julia Cagé imagine un impôt progressif comme c'est le cas en Suède ou en Norvège. Les acteurs de l'audiovisuel public, principaux concernés, réclament une ressource pérenne pour préserver leur indépendance. 

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.