Fonction publique : les syndicats refusent les propositions salariales du gouvernement

Les syndicats de fonctionnaires avait déjà boycotté une réunion avec leur ministre de tutelle, Gérald Darmanin, faute de "réponses" à leurs revendications.

Des fonctionnaires manifestent le 10 octobre 2017 à Bordeaux, contre les mesures du gouvernement visant la fonction publique.
Des fonctionnaires manifestent le 10 octobre 2017 à Bordeaux, contre les mesures du gouvernement visant la fonction publique. (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Non, c'est non. Les syndicats de fonctionnaires ont voté à l'unanimité contre les propositions du gouvernement en matière de compensation de la hausse de la CSG et de revalorisation des carrières, au cours d'une réunion du conseil commun de la fonction publique (CCFP). La FSU l'a annoncé dans un communiqué à l'issue de cette réunion, mercredi 8 novembre.

L'ensemble des syndicats de la fonction publique (CGT, CFDT, FO, Unsa, FSU, Solidaires, CFE-CGC, CFTC et FA-FP) avait déjà boycotté lundi une réunion avec leur ministre de tutelle, Gérald Darmanin, faute de "réponses" à leurs revendications.

Près de 4,4 millions de fonctionnaires

"On revendique toujours deux choses", avait expliqué lundi à l'AFP Luc Farré, le secrétaire général de l'Unsa Fonction publique. D'abord "que 2018 ne soit pas une année blanche pour les agents", ce qui passe par "l'application du PPCR", le plan de revalorisation des carrières acté sous le gouvernement précédent et qui devrait concerner près de 4,4 millions d'agents. Ensuite une compensation de la hausse de la CSG qui "redonne du pouvoir d'achat aux agents", comme l'avait promis Emmanuel Macron

Le ministère a pour sa part indiqué dans un communiqué que "lors de la séance, plusieurs demandes exprimées par les organisations syndicales ont reçu un avis favorable par le ministre". Gérald Darmanin a notamment accepté, concernant la compensation de 1,7 point de CSG, "des mesures d'ajustement du taux de la prime pour garantir l'exacte compensation" et, "pour les nouveaux entrants ou les cas de réintégration, le versement de la prime dès le premier jour de la prise d'activité".