Contrôle aérien : du matériel à bout de souffle

Sommes-nous en danger dans le ciel français ? Une panne survenue le 26 juin a semé la panique dans les tours de contrôle. Elle a provoqué des retards, des annulations, mais aussi la disparition d'un avion des écrans radar. Un rapport dénonce la vétusté des équipements.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Le centre de la navigation aérienne de Brest (Finistère). D'ici sont contrôlés plus de 2 400 vols chaque jour. Le 26 juin dernier, l'un d'entre eux disparaît de ces écrans. Les radars ne perdent pas la trace de l'appareil, mais pendant cinq minutes, les contrôleurs ne le voient plus s'afficher. L'avion doit en théorie voler à neuf kilomètres des autres vols ; quand il réapparait sur les écrans, il est à cinq kilomètres d'un autre avion. Comment ce vol a-t-il pu disparaître de ces écrans ? L'une des raisons se trouve peut-être à Bordeaux (Gironde), où sont enregistrées les données de tous les vols passant dans le ciel français. Le matin même, le système connaît un bug informatique. Les contrôleurs ont dû rentrer manuellement 300 vols prévus ce jour-là.

Une modernisation plus que jamais attendue

Un bug qui n'étonne pas le sénateur UDI Vincent Capo-Canellas. Dans ce récent rapport, il dénonce des outils informatiques obsolètes, vieux de vingt ans, qui entraînent notamment de nombreux retards. La sécurité des passagers n'est pas en danger, selon les services de la navigation aérienne, mais la modernisation est bien nécessaire. Deux milliards d'euros doivent être investis en quinze ans dans la modernisation. L'espace aérien français est aujourd'hui le plus fréquenté d'Europe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un controleur aérien à l\'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 16 juillet 2007.
Un controleur aérien à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 16 juillet 2007. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)