Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Contre les plans sociaux, des salariés de l'agroalimentaire bloquent l'aéroport de Brest

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Pacome Le Mat et Karine Hannedouche / France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les employés de plusieurs entreprises agroalimentaires visées par des plans sociaux se sont mobilisés, lundi, pour défendre leur secteur en pleine détresse. Reportage.

Après le séisme provoqué par la suppression de près de 900 emplois de la société d'abattage de porcs Gad en Bretagne, les salariés de plusieurs entreprises agroalimentaires visées par des plans sociaux se sont mobilisés, lundi 14 octobre, à Brest et Morlaix pour défendre leur secteur en pleine détresse. Environ 300 salariés de l'agroalimentaire breton ont bloqué jusqu'en fin de matinée l'aéroport de Brest, à l'appel des syndicats CGT et FO des entreprises Doux et Tilly-Sabco (volailles), Marine Harvest (poissons) et Gad (abattage et découpe de porcs).

Les manifestants ont d'abord bloqué un rond-point à l'entrée de l'aéroport, avant de se coucher sur le tarmac en silence pendant quelques instants. Quelques élus locaux étaient également présents. Deux vols pour Paris au départ de Brest ont été annulés, ainsi qu'un vol en provenance de la capitale, selon le site internet de l'aéroport de Brest.

"C'est toute la Bretagne qui souffre et particulièrement le Finistère", a estimé Nadine Hourmant, déléguée FO du groupe Doux, qui s'est séparé de son pôle frais à l'automne dernier au prix de la liquidation d'un millier d'emplois. "Il n'y a pas que nous qui souffrons, il y a également beaucoup de petites boîtes", a-t-elle ajouté. La mobilisation continuera mercredi, avec Produit en Bretagne (PeB), qui regroupe quelque 300 entreprises et plus de 100 000 salariés, ainsi que l'Association bretonne des entreprises agroalimentaires (Abea) qui appellent leurs membres à "sonner le tocsin" en faisant résonner leurs alarmes incendie sur les lieux de travail.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.