Amiens : le procès en appel des salariés de Goodyear a commencé

Le procès en appel s'ouvre mercredi 19 octobre à Amiens (Somme). Les huit anciens salariés de l'usine de pneus sont accusés d'avoir séquestré deux cadres en janvier 2014. Ils ont été condamnés en première instance à neuf mois de prison ferme.

France 3
Les manifestants sont venus par milliers les soutenir. Mercredi 19 octobre, le procès en appel des huit ex-salariés de Goodyear s'est ouvert à Amiens (Somme). Aujourd'hui sans emploi, Mickaël Wamen est devenu la figure emblématique et le porte-parole des huit anciens salariés de Goodyear. Tous ont été condamnés à 24 mois de prison, dont neuf de prison ferme. Ils ont fait appel du jugement et la CGT a organisé un rassemblement de soutien mercredi matin. "Je suis confiant, car je n'ai rien fait de mal. C'est la relaxe assurée", estime l'ex-salarié de Goodyear.

Poursuivis pour séquestration

En janvier 2014, l'annonce de la fermeture de la société Goodyear d'Amiens avait suscité une réaction de la CGT. Deux cadres avaient été retenus 36 heures par des salariés. Les deux cadres et l'entreprise ont retiré leur plainte, mais le parquet a maintenu à l'encontre des huit salariés, des poursuites pour séquestration. Ils ont été condamnés en novembre 2015. Mercredi matin, la CGT a accompagné les huit prévenus en cortège dans les rues d'Amiens jusqu'au palais de justice. Le procès est prévu pour durer deux jours.
Le JT
Les autres sujets du JT