Goodyear : la CGT présente un projet de Scop aux salariés d'Amiens

Le syndicat n'a pas rendu publics les détails de ce projet de coopérative, mais assure que "tous les salariés pourront y participer".

Manifestation de salariés de Goodyear à Amiens (Somme), le 26 février 2013.
Manifestation de salariés de Goodyear à Amiens (Somme), le 26 février 2013. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Annoncé fin février, le projet prend forme. La CGT a présenté samedi 23 mars un projet de Société coopérative et productive (Scop), destiné à maintenir la production de pneus agricoles de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord, menacée de fermeture. "Le projet de Scop prévoit le maintien de l'activité agraire associé à un plan de départs volontaires avec le maintien de l'activité tourisme pendant 24 mois", a expliqué devant la presse le représentant de la CGT, Mickaël Wamen, à l'issue de la réunion à huis clos à la Maison de la culture d'Amiens où 200 personnes étaient présentes.

Aucun chiffre n'a été rendu public par la CGT et les participants, qui avaient reçu pour consigne de ne pas parler à la presse. La CGT veut réserver "l'exclusivité" du contenu du projet à la direction de Goodyear, a indiqué son avocat, Me Fiodor Rilov. L'usine Goodyear d'Amiens-Nord, où plus de 1 100 salariés travaillent, produit actuellement 400 pneus agricoles par jour et 2 800 pneus tourisme bon marché, alors qu'elle aurait la capacité d'en produire respectivement 800 et 20 000.

"Tous les salariés peuvent y adhérer"

La CGT souhaite notamment la mise en place du plan de départs volontaires qui avait été proposé à l'été 2012. Mickaël Wamen a rappelé qu'une procédure judiciaire était en cours pour obtenir l'annulation du projet de fermeture de l'usine, qui sera examinée le 17 mai par le tribunal de grande instance de Nanterre. Il a également rappelé que le gouvernement s'était lancé à la recherche d'un repreneur pour l'activité de pneus agricoles de l'usine d'Amiens-Nord.

"La Scop ne verra le jour que si les salariés décident que ce projet est bien le leur", a insisté l'avocat. "On va continuer de leur donner des chiffres de plus en plus détaillés, et au fur et à mesure, ils vont pouvoir se positionner". Le nombre des salariés de la future Scop n'est pas fixé, mais "tous les salariés peuvent y adhérer". Une nouvelle réunion d'information est prévue dans deux semaines.