Ford, Ascoval, PSA... Quel rôle doit jouer l'Etat ?

L'Etat doit-il et peut-il sauver les entreprises en difficulté quand il y a des centaines d'emploi en jeu ? C'est le thème du duel éco du Soir 3 mercredi 27 février entre l'économiste Christophe Ramaux et le journaliste Dominique Seux.

France 3

"Le problème c'est l'échec de la politique industrielle de ce gouvernement et des précédents qui se limitent à accompagner la mondialisation", s'insurge Christophe Ramaux, membre des Économistes atterrés.

"L'Etat peut faire la soudure quand il y a des difficultés. Il est une des parties prenantes dans des cas difficiles. Mais s'il n'y a pas de clients pour acheter les produits d'une entreprise, l'Etat ne pourra pas faire grand-chose", estime Dominique Seux, directeur de la rédaction des Echos. "L'Etat a aidé, voire sauver PSA après la crise de 2008. Il a donné un coup de main, mais il a laissé une entreprise privée aux manettes", se félicite-t-il.

"Des leçons à recevoir de l'Allemagne"

Christophe Ramaux n'est pas opposé à la nationalisation, notamment de l'aciérie Ascoval. "C'est très important d'avoir de l'acier, ne serait-ce que pour des questions environnementales. Il n'y a que 10% des emplois qui sont industriels mais ça irrigue le secteur des services de manière considérable", explique le professeur d'économie à la Sorbonne.

"On a des leçons à recevoir de l'Allemagne en matière de gestion des entreprises. Les salariés ont la moitié des voix au conseil de surveillance dès lors qu'il y a plus de 2 000 salariés. Renault et PSA font des bénéfices mais délocalise, ce qui se fait moins en Allemagne grâce au pouvoir des salariés", conclut Christophe Ramaux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Devant le site de l\'usine Ford de Blanquefort (Gironde), le 18 février 2019.
Devant le site de l'usine Ford de Blanquefort (Gironde), le 18 février 2019. (GEORGES GOBET / AFP)