Cet article date de plus de trois ans.

Emplois menacés chez Casinos Barrière : la direction invoque la crise due au Covid-19, Force ouvrière dénonce des licenciements d'aubaine

La direction du casinotier n'avance aucun chiffre et invoque la crise économique et financière due au coronavirus. Lequel aurait bon dos, selon le syndicat Force ouvrière.

Article rédigé par Guillaume Gaven
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le casino Barrière de Deauville, le 12 septembre 2020. (LOU BENOIST / AFP)

Le groupe Casinos Barrière pourrait licencier 70 de ses salariés, selon le syndicat Force ouvrière. La direction n'avance aucun chiffre et évoque une grave crise économique et financière due à la crise du coronavirus Covid-19, qui la contraint à prendre des mesures indispensables pour préserver l'avenir du groupe.

Parce que tout le groupe est à l'arrêt aujourd'hui et qu'aucune date de réouverture n'est envisagée, ce dernier craint en effet de ne pas retrouver le niveau de fréquentation de ses établissements avant "plusieurs mois", voire "plusieurs années". Aussi, Casinos Barrière assure n'avoir pas d'autre choix que de prendre des mesures difficiles.

Deauville et Enghien pourraient aussi devoir licencier

Ces 70 licenciements, selon le décompte effectué par Force ouvrière, ne serait qu'un début, à entendre le syndicat, qui craint que les deux plus gros casinos, Deauville et Enghien, pourraient devoir également se séparer chacun de dix personnes. Le coronavirus a bon dos, estime son délégué central Jean-Christophe Tirat : ce qui crée le déficit des entreprises, explique le syndicaliste, ce sont les frais fixes, comme les loyers, mais pas les salaires, qui sont pris en charge par le régime du chômage partiel.

"Taper sur les salariés alors qu'ils ne coûtent rien à l'entreprise dénote d'une volonté de restructuration et de réorganisation qui ne dit pas son nom."

Christophe Tirat, Force ouvrière

à franceinfo

La direction ne se hasarde pas sur ce terrain. Elle évoque plutôt une adaptation de son organisation, qui fait l'objet de discussions avec les syndicats depuis plusieurs mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.