"C'est quand même beau ce qu'on a fait" : on a suivi les ex-salariés de GM&S sur la Croisette à Cannes

Le documentaire "On va tout péter" de Lech Kowalski raconte le combat des salariés de GM&S pour sauver leur usine à La Souterraine. Une quarantaine d'entre eux ont fait la route jusqu'à Cannes pour présenter le film.

\"Les GM&S\" ont fait sensation sur la Croisette, à Cannes, pour la promotion du film de Lech Kowalski \"On va tout péter\", jeudi 16 mai 2019. 
"Les GM&S" ont fait sensation sur la Croisette, à Cannes, pour la promotion du film de Lech Kowalski "On va tout péter", jeudi 16 mai 2019.  (ISABELLE RAYMOND / RADIO FRANCE)

Ils ont fait le voyage en autocar depuis la Creuse grâce à un appel aux dons. Une quarantaine d'anciens salariés de GM&S à La Souterraine ont fait le déplacement jusqu'à Cannes pour présenter On va tout péter à la Quinzaine des réalisateurs. Ce documentaire signé Lech Kowalski retrace sept mois de lutte "des GM&S" pour sauver leur usine.

"On a été reçus comme des stars"

Déjeuner sur un bateau, séance photo sur la plage...Gilbert, crocs aux pieds et blouse de travail sur le dos, savoure sa journée cannoise : "On est sur la Croisette, on a le luxe, les millions et les yachts par-là. C'est dément !", raconte l'ancien salarié de l'usine.  

Vêtus de t-shirts bleus siglés "On va tout péter", "les GM&S" distribuent des pin's et des autocollants à des festivaliers perplexes. D'autres manifestent, encadrés par des policiers.

C'est un acte militant qui a conduit "les GM&S" à Cannes. Vincent Labrousse, ancien délégué CGT aujourd'hui licencié, a du mal à réaliser : "C'est un peu incroyable. Comme quoi, quand on ne lâche pas et qu'on travaille ensemble, on est encore capables, deux ans après, de faire un bus et de venir à Cannes."

"C'est le plus beau moment de ma vie de syndicaliste"

À la fin de la projection du documentaire, beaucoup d'émotion : "Si on se bat c'est aussi pour des gens comme vous. Si on ne se sert pas les coudes tous ensemble, on n'arrivera pas à changer les choses. Et l'avenir qu'on réserve à nos enfants et à nos petits enfants, n'oublions pas que c'est nous, indirectement, qui sommes en train de leur préparer", déclare un ancien GM&S.

En sortant de scène aux côtés du réalisateur Lech Kowalski, "les GM&S" ont les yeux rouges : "Tu te remets dedans, ça fait mal. Tu revois les copains...C'est quand même beau ce qu'on a fait. On peut être fiers", raconte un ancien salarié. "C'est certainement le plus beau moment de ma vie de syndicaliste", confie Yann Augras, un des leaders de la CGT, avant d'ajouter : "Venir d'où on vient, la lutte qu'on a menée pendant plus de dix mois, ce film magnifique...Pour nous c'était quelque chose d'inespéré." 

Le film n’est pas encore primé mais simplement sélectionné. "Les GM&S" n’ont pas monté les marches, ni foulé le tapis rouge, mais qu’importe. Être ici à Cannes, en haut de l’affiche, c’est déjà gagner.

Le reportage d'Isabelle Raymond
--'--
--'--