Cet article date de plus de quatre ans.

Ardennes Forges: Les ouvriers condamnés à rembourser une partie de leurs primes de licenciement

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Ardennes Forge : les ouvriers condamnés à rembourser une partie de leurs primes de licenciement
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

À Nouzonville dans les Ardennes, les anciens ouvriers de l'usine Ardennes Forge sont condamnés par la justice à rembourser une partie de leurs primes de licenciement à l'AGS, l'organisme qui les avait autrefois indemnisés.

De cette usine de Nouzonville (Ardennes), il ne reste que les murs et des anciens ouvriers désespérés. Il y a 9 ans, Ardennes Forge dépose le bilan. Les 47 salariés obtiennent des primes de licenciement. Sauf qu'aujourd’hui, la justice les condamne à rembourser une partie de ces primes de 6 000 à 24 000 euros selon les cas.

Une décision incompréhensible

Une décision incompréhensible pour eux, la plupart sont encore sans emploi et ne peuvent réunir cette somme. L'AGS, l'organisme qui les a indemnisés, estime leur avoir versé trop d'argent. Pourtant, leur patron a depuis été condamné pour escroquerie et travail dissimulé. Tous ont l'impression de payer à la place de leur ancienne direction. Pour sortir de ce cauchemar judiciaire, les ex-salariés interpellent les élus locaux et en appellent à la ministre du Travail. Ils demandent l'abandon des poursuites. L'AGS affirme qu'elle ne renoncera pas à cette somme, mais elle se dit ouverte au dialogue et prête à étudier individuellement le dossier de chaque ancien salarié.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Plans sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.