Airbus: le gouvernement veut limiter les suppressions d’emplois

Le gouvernement veut minimiser l’impact de la crise sur l’emploi et sur la restructuration d’Airbus. Il espère sauver 2 000 postes.

FRANCE 2

Le réveil a été difficile sur le site de Blagnac (Haute-Garonne) d’Airbus, mercredi 1er juillet. Aux côtés des salariés de l’avionneur, les sous-traitants s'inquiètent. "Nous sommes les premiers à être touchés. Si Airbus ne va pas bien, prestataires que nous sommes, nous sommes les premiers impactés", explique l’un d’eux. Au total, 15 000 suppressions de postes en Europe ont été annoncées, dont 5 000 en France.

Contours du plan encore flous

Si les contours du plan sont encore flous, les syndicats jugent inacceptable la menace de licenciements contraints. "On parle encore, pour le moment, de dispositifs avec des mesures contraignantes", commente Françoise Vallin, déléguée du syndicat CFE-CGC chez Airbus. L’avionneur a déjà bénéficié du chômage partiel pendant la crise, il profitera également du plan de recherche du futur et du nouveau dispositif de chômage partiel de longue durée. La direction d’Airbus devrait préciser son plan jeudi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des soignants vérifient les équipements médicaux installés dans un Airbus A400M avant une évacuation de patients infectés par le nouveau coronavirus sur la base aérienne de Matoury, près de Cayenne, le 28 juin 2020.
Des soignants vérifient les équipements médicaux installés dans un Airbus A400M avant une évacuation de patients infectés par le nouveau coronavirus sur la base aérienne de Matoury, près de Cayenne, le 28 juin 2020. (JODY AMIET / AFP)