Vidéo "J’ai été plongé dans le bain des 'dengsters'", affirme un ancien employé de centre dentaire à "Cash Investigation"

Publié Mis à jour
VIDEO. "J’ai été plongé dans le bain des 'dengsters'", affirme un ancien employé de centre dentaire à "Cash Investigation"
Article rédigé par
France Télévisions

Il existe 1 300 centres dentaires associatifs en France. Entre 2017 et 2021, il y a eu plus de 60% de hausse du nombre d’ouvertures… Parmi eux, certains factureraient à l’Assurance maladie des soins inutiles, voire même fictifs… Extrait de "Hold-up sur la Sécu : à qui profite la fraude ?", une enquête de Donatien Lemaître, diffusée jeudi 8 décembre 2022 à 21h10 sur France 2.

"Cash Investigation " a découvert que la fraude à la Sécurité sociale serait devenue massive dans certains centres dentaires… qui iraient même jusqu'à facturer des soins totalement fictifs. Plusieurs informateurs ont alerté "Cash Investigation" (replay) par téléphone sur un groupe implanté en banlieue parisienne : "Ils facturent des choses qu'ils ne font pas" ; "C’est des actes fictifs" ; "Tous ceux qui passaient, il fallait faire une grosse facture. C’est vraiment une pieuvre. Ils s'enrichissent sur le dos de l’Etat" ; "Grâce à une chose que le monde entier nous envie : la carte Vitale."

Ce groupe détient une quinzaine de cliniques situées dans des centres commerciaux. Elles ne sont pas uniquement spécialisées dans les soins dentaires mais dispensent aussi des soins d’ophtalmologie. Le nom de ce groupe est Cilaé Santé. L’un des dentistes qui a alerté le magazine présenté par Elise Lucet sur ce groupe a accepté de témoigner, mais un dispositif est mis au point dans un studio pour protéger son anonymat. Malgré tout, avant de commencer l’entretien, Il enfile une cagoule de camouflage : "C’est malheureusement à ce point-là…"

Le business de la carte Vitale

"Dès le départ, j'ai été plongé dans le bain des gangsters… ou des 'dengsters'...", affirme-t-il d’emblée. “Dengster”, le mot paraît fort mais selon ce témoin, il reflète les pratiques qui régneraient au sein du groupe Cilaé. Parle-t-il du business de la carte verte ? "Oui, du business de la carte verte qui n'est pas la carte verte américaine : la carte Vitale. Quand vous avez des centres qui ont un tiers payant organisé avec la mutuelle, le patient n'a, pour la plupart du temps, quasiment plus rien à débourser de sa poche. Qui va se soucier exactement de la facture qu'il paie lorsqu'il n'a pas besoin de payer ? Qui regarde le décompte sur son compte Ameli sur ce qui se passe ? Absolument personne. Donc, c'est un jackpot. Vous avez juste à tirer sur un bouton et l'argent tombe tout seul."

Selon ce témoin, plusieurs stratagèmes seraient utilisés par les dentistes du groupe pour facturer des soins fictifs à la Sécu : "Ça va de l'acte que l'on ne peut pas vraiment vérifier puisque la qualité des radios ne le permet pas. Après, vous avez aussi des dentistes qui vont refacturer ce qui est déjà en bouche. Comme ça, s'il y a un contrôle, il peut dire : 'Voilà, je lui ai mis un composite ici. Il est encore là. Vous voyez bien qu'il est là'. Et puis, vous avez les fous furieux qui vont vraiment facturer plein de choses et là, vous pouvez faire une radio, le patient n’a vraiment rien dans la bouche." A écouter ce dentiste, Cilaé serait donc le roi de la fraude à la Sécu. 

"Hold-up sur la Sécu : à qui profite la fraude ?", une enquête de Donatien Lemaître, diffusée jeudi 8 décembre 2022 à 21h10 sur France 2.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.