Cet article date de plus d'un an.

Vidéo "Cash Investigation". Dans les préfectures, des volontaires du Service civique indemnisés en-dessous du Smic remplacent des contractuels

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
VIDEO. "Cash Investigation". Dans les préfectures, des volontaires du Service civique indemnisés en-dessous du Smic remplacent des contractuels
Article rédigé par
France Télévisions

Pour enquêter sur les bataillons de volontaires du Service civique qui travaillent dans des services publics, une journaliste de "Cash Investigation" a postulé dans une sous-préfecture. Recrutée, elle s’est vite aperçue que pour 580 euros par mois, elle remplaçait une contractuelle… Un extrait de "Services publics : liberté, égalité, rentabilité ?", une enquête de Marie Maurice diffusée jeudi 10 décembre 2020 à 21 heures sur France 2.

Manon est journaliste. Elle a moins de 26 ans, l’âge maximum pour devenir volontaire du Service civique. Pour le magazine "Cash Investigation" (Facebook, Twitter, #cashinvestigati), elle s'est fait recruter pour dix mois dans la sous-préfecture d'un département montagneux. Comme dans le tiers des sous-préfectures françaises, ici travaillent dix employés ou moins. Son indemnisation pour un temps de travail hebdomadaire de trente-cinq heures, soit l’équivalent d’un temps plein, est de 580 euros par mois.

La reporter, équipée d’une caméra cachée, se présente à la porte des bureaux de l’administration préfectorale. La sous-préfecture l’attend pour s’occuper du point numérique, un guichet en version virtuelle destiné aux usagers qui n’ont pas d’ordinateur ou de connexion internet, ou à ceux qui ne parviennent pas à utiliser les outils informatiques. Manon doit leur rendre un service… public.

"C’est la seule solution qui nous permettait d’avoir quelqu’un"

La volontaire Manon va découvrir qu’au point numérique, il y avait avant elle une salariée en contrat à durée déterminée. Dans la fonction publique, c’est ce qu’on appelle une contractuelle. "Il y avait une contractuelle et elle n’a pas renouvelé son contrat. C’était elle qui s’occupait du point numérique et elle avait d’autres attributions. Elle a été arrêtée mi-décembre", lui explique son interlocutrice. Cela fait ainsi cinq mois que la sous-préfecture fonctionne de la sorte. Est-ce légal ? Que dit la loi ?

"Un contrat de Service civique ne peut être souscrit […] lorsque les missions […] ont été exercées par un salarié […] moins d’un an avant la date de signature du contrat", stipule l'article L. 120-9. Pourquoi une sous-préfecture prendrait-elle le risque de se mettre hors la loi ? Serait-ce pour combler son manque chronique d'effectifs ? "C’est la seule solution qui nous permettait d’avoir quelqu’un, en fait", affirme la personne qui l’informe. C’est-à-dire qu’au lieu d'embaucher un contractuel, la sous-préfecture recourt à un volontaire du Service civique ? "Oui. Nous, perso, on est ravis…"

Un extrait de "Services publics : liberté, égalité, rentabilité ?", une enquête de Marie Maurice diffusée jeudi 10 décembre 2020 à 21 heures sur France 2.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.