Rhinopneumonie : une épidémie qui inquiète

Une épidémie inquiète les milieux hippiques : de nombreux cas de rhinopneumonie ont été détectés dans de nombreux départements. Fièvre, toux, voire perte d'équilibre, ce virus peut s'avérer dangereux et même mortel pour les chevaux et  se transmet facilement. 

Voir la vidéo
France 3

Dans ce centre équestre du Bois de Boulogne, le directeur et son chef d'écurie font la tournée des boxes : ils doivent vérifier chaque jour la température des 60 chevaux du club : "On est entre 36.9 et 37.5, une température normale". Un suivi inhabituel en raison d'une épidémie de rhinopneumonie, la grippe du cheval, une maladie très contagieuse.

Environ 200 chevaux malades

Toute participation à un concours hippique est soumise à un contrôle strict. "12 chevaux devaient sortir, donc on a pris la température et l'examen clinique du cheval, et de ce fait, la clinique vétérinaire nous envoie une attestation comme quoi nos chevaux étaient sains, et c'est noté sur l'attestation", explique Frédéric Doret, directeur du Touring Club de France. Sur cette carte, la progression de l'épidémie : c'est le grand Ouest qui est le plus touché. Au total, 22 foyers d'infection, environ 200 chevaux malades. Plusieurs concours ont été annulés, comme ceux de Deauville (Calvados) et de Saumur (Maine-et-Loire). Lorsque les concours sont maintenus, les contrôles sanitaires doivent être renforcés. Un enjeu de taille pour la filière équine, qui emploie 60 000 personnes en France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Trois carcasses de cheval originaire de Grande-Bretagne et importées en France contenaient un médicament impropre à la consommation, le phenylbutazone.
Trois carcasses de cheval originaire de Grande-Bretagne et importées en France contenaient un médicament impropre à la consommation, le phenylbutazone. (LAURIE CASTELLI / CULTURA CREATIVE)