Cet article date de plus d'un an.

Revalorisation du salaire des aides à domicile : "C'était les oubliés du Ségur" de la santé, justifie la députée LREM du Loiret

"Les 200 millions d'euros qui sont mis sur la table par le gouvernement vont permettre dès le mois d'avril d'avoir une augmentation de salaire pour les aides à domicile", assure Caroline Janvier.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Caroline Janvier, députée LREM du Loiret, le 20 février 2018. (ERIC FEFERBERG / AFP)

L'amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) déposé par la ministre déléguée à l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, pour obtenir une hausse de salaire des aides à domicile, est débattu dès mardi 20 octobre à l'Assemblée nationale. "C'était les oubliés du Ségur" de la santé, justifie sur franceinfo Caroline Janvier, députée LREM du Loiret.

franceinfo : C'est une victoire ?

Caroline Janvier : Oui, bien sûr. C'était en quelque sorte les oubliés du Ségur alors même qu'on connaît le rôle essentiel que remplissent les aides à domicile auprès des personnes en perte d'autonomie. C'était important pour nous que dès ce PLFSS elles aient une revalorisation de leur salaire, de la même façon que dans les Ehpad, les hôpitaux, l'effort pendant la crise sanitaire a été reconnu pour les soignants.

Pourquoi est-ce si important d'aider le secteur des aides à domicile ?

Parce que parfois c'est le seul contact qu'ont les personnes qui sont chez elles. Ce sont les personnes qui viennent donner les douches, préparer le repas, faire les courses des personnes âgées. Dans la construction de la cinquième branche, que nous allons poursuivre avec une loi grand âge et autonomie, le secteur des aides à domicile est au coeur de ce que nous voulons faire.

Les aides à domicile se tournent de plus en plus vers les maisons de retraite ou les hôpitaux où elles peuvent bénéficier d'aides salariales. Qu'en pensez-vous ?

Il y avait déjà une difficulté en termes d'attractivité pour ces métiers-là qui sont peu reconnus et peu valorisés. Le fait de revaloriser les Ehpad uniquement augmentent l'attractivité de l'Ehpad par rapport au domicile et c'est un vrai risque. C'est pour ça que nous souhaitions que ce PLFSS permette d'augmenter la rémunération des aides à domicile, les 200 millions d'euros qui sont mis sur la table par le gouvernement vont permettre dès le mois d'avril d'avoir une augmentation de salaire pour les aides à domicile. C'est un effort qui n'est pas suffisant et qu'il faudra poursuivre, nous aurons l'occasion d'en débattre au moment de la loi grand âge.

Cette augmentation sera de 15%, une centaine d'euros, c'est moins que les personnels des hôpitaux et des maisons de retraite. Pourquoi ?

Sur le montant exact de l'augmentation on ne peut pas encore être aussi précis parce qu'il va falloir que les départements abondent, nous espérons à hauteur des 200 millions du gouvernement, puisque c'est une compétence des départements. Il va y avoir un certain nombre de négociations avec les partenaires sociaux et les départements pour avoir une revalorisation qui soit satisfaisante. Si les départements veulent garder cette compétence il va falloir qu'ils participent financièrement à ces revalorisations. Les aides à domicile sont entre 100 000 et 200 000 en France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Services à la personne et aide à l'enfance

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.