Livraisons de repas : Just Eat veut recruter 4 500 livreurs en CDI

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Livraisons à domicile : Just Eat veut recruter 4 5000 livreurs en CDI
France 2
Article rédigé par
J. Weyl, V. Frédéric, L. Krikorian, F. Le Moal - France 2
France Télévisions

Les coursiers sont souvent les derniers à arpenter la ville après le couvre-feu, à 18 heures. Les plateformes de livraison de repas à domicile ont connu un nouveau rebond avec l’épidémie de Covid-19, et avec lui, une précarité sociale de plus en plus visible. 

Avec les confinements successifs, puis l’entrée en vigueur du couvre-feu, le recours aux plateformes de livraison de repas à domicile a fortement augmenté. Pour les livreurs qui travaillent pour ces plateformes, pourtant, les conditions de travail ne se sont, elles, pas améliorées. Alors, pour se distinguer de ses concurrents, l’entreprise Just Eat souhaite recruter 4 500 livreurs en CDI. L’un d’entre eux, Rafaël Guibert, a d’ailleurs signé son contrat en octobre 2019, après plus de deux ans sous le statut d’autoentrepreneur. "Ça change la vie, on a les congés payés, on cotise pour la retraite, on a un salaire fixe, sans être dépendant de la demande", s’enthousiasme-t-il. 

Une initiative saluée par les restaurateurs

Son salaire s’élève à 1 500 euros net avec les primes, pour un contrat de 35 heures, et surtout avec de bien meilleures conditions de travail. "Comme on est payé à l’heure, on n’a plus le stress d’avoir une commande le plus vite possible, donc typiquement, on ne prend plus les feux rouges et les sens interdits", explique Rafaël Guibert. Un restaurateur salue l’initiative d’avoir affaire à des livreurs salariés plutôt que sous un statut précaire, et confie y trouver son intérêt. "C’est vrai que c’est une extension de notre personnel, ce sont eux indirectement qui représentent notre marque, et peut-être que le fait qu’ils aient plus de temps, ça nous permettra d’avoir une meilleure relation avec eux", avance Alexis Mouyren.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.