Violences sexuelles dans l'Église : plus de 5 000 témoignages recueillis, la commission Sauvé prolonge son appel à témoigner

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église (Ciase) ou commission Sauvé révèle ce mercredi 17 juin avoir recensé plusieurs milliers de victimes en quelques mois. La Ciase a décidé de prolonger son appel à témoignages jusqu’au 31 octobre 2020.

Jean-Marc Sauvé, le président de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (Ciase)
Jean-Marc Sauvé, le président de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (Ciase) (QUENTIN TOP / MAXPPP)

Il y a un an, la Commission Sauvé lançait un appel à témoignages auprès des victimes. Mercredi 17 juin, elle révèle avoir reçu plus de 5 300 appels et dévoile quelques chiffres alors que le recueil des témoignages - ralenti pendant le confinement - est prolongé de cinq mois.

Parmi ces coups de fils, il n’y a pas que des victimes, il peut y avoir également des témoins. Mais la commission le précise, la grande majorité de ces appels proviennent bien de personnes - des enfants à l’époque des faits - qui ont été agressées sexuellement par des hommes d’Église.

La majorité des faits rapportés se sont produits il y a plus de 40 ans

Difficile pour le moment de donner un chiffre précis de ces victimes, car la Ciase est aujourd’hui à mi-chemin de son travail d’enquête. Le rapport sera rendu en septembre 2021. Mais une chose est sûre, la Commission a recensé plusieurs milliers de victimes en quelques mois. 1 500 ont répondu à un questionnaire détaillé, 150 ont été auditionnées par l'institution présidée par Jean-Marc Sauvé. La Commission a également procédé à 25 signalements auprès de la justice.

Cela fait peu de signalements. D'abord parce qu'une grande partie des agresseurs sont décédés. La majorité des faits rapportés par les témoins remontent aux années 50, 60, 70. Seulement 10% des agressions se situent dans les années 90 et 2000. Et puis, bien souvent, quand la Commission signale des faits d’agressions sexuelles, une enquête est déjà en cours. Le président de la Ciase, Jean-Marc Sauvé, estime à au moins "3.000" le nombre de victimes en France depuis 1950.

Le profil des agresseurs précisé

Autre point important mis en lumière par le travail de la Ciase : en un an, elle a recensé 1 500 agresseurs. 1 500 hommes d’Église, qui dans leur quasi-totalité ont agressé plusieurs dizaines d’enfants chacun. Et ce pendant des années. Les victimes, six fois sur dix, sont des garçons. Les agressions ont lieu pour un tiers des cas dans les pensionnats, puis une bonne partie au catéchisme ou dans les aumôneries.

Le nombre de témoignages de victimes aurait même pu être plus important si l'épidémie de Covid-19 n’était pas passée par là : ces trois derniers mois, le nombre de témoignages a été réduit de moitié. Voilà pourquoi la Ciase a décidé de prolonger son appel à témoignages de cinq mois, jusqu’au 31 octobre 2020.