Braquage d'horlogeries de luxe en Suisse : six personnes mises en examen

Six personnes, âgées de 23 à 51 ans, ont été mises en examen pour association de malfaiteurs et placés en détention provisoire, a appris franceinfo ce lundi 17 octobre auprès du parquet de Nancy. 

Article rédigé par
Margaux Stive - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Six suspects ont été mis en examen pour association de malfaiteurs auprès de la Juridiction inter-régionale spécialisée (Jirs) de Nancy. Ils sont soupçonnés de braquages d'horlogeries de luxe en Suisse. Photo d'illustration. (RICHARD JUILLIART / AFP)

Ils avaient mis la main sur deux montres de luxe, d'une valeur d'un million d'euros chacune, et des métaux précieux lors de braquage d'horlogeries consécutifs en Suisse l'hiver dernier. Six suspects, âgés de 23 à 51 ans, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs et placés en détention provisoire, a appris ce lundi 17 octobre franceinfo auprès du parquet de Nancy. Il s'agit d'une femme et de cinq hommes. Deux d'entre eux ont également été mis en examen pour tentative d'extorsion en bande organisée.

Coup de filet entre Lyon et Saint-Etienne

Plusieurs mois après deux braquages dans des usines de pièces d'horlogerie de luxe en Suisse, 14 Français avaient été interpellés lundi 14 octobre, surtout entre Lyon et Saint-Étienne, avait appris franceinfo de source proche du dossier. Les deux cerveaux des commandos avaient déjà été interpellés en janvier dernier. Les 14 autres sont soupçonnés de les avoir aidés à la préparation ou à la commission des braquages.

"La Suisse est un eldorado pour les braqueurs français"

Source proche de l'affaire

à franceinfo

Le premier braquage avait eu lieu l 3 novembre 2021 à Bassecourt, dans le Jura Suisse. Six braqueurs avaient réussi à repartir avec 70 kilos de métaux précieux, dont 60 kilos d'or, dans des valises. Ils avaient également volé deux montres de la marque de luxe Purnell d'une valeur d'un million d'euros chacune. Ces montres étaient destinées aux lauréats du Ballon d'or 2021 qui allait être décerné deux semaines plus tard.

Le deuxième braquage s'était déroulé le 6 janvier 2022, dans le canton de Neuchâtel, toujours en Suisse. Cette fois les braqueurs avaient rassemblé 200 kilos d'or avant d'abandonner leur butin sur place lorsque l'alarme s'était déclenchée. Dans leur fuite en voiture, les deux cerveaux du commando avaient alors été arrêtés après des échanges de tirs avec des policiers

Deux braquages, même procédé

Lors des deux braquages, les suspects avaient pris en otage les familles des directeurs d'usine. À Bassecourt, le directeur de la société avait été pris en otage avec sa femme et ses enfants de 8 et 11 ans. Dans le canton de Neuchâtel, le fils du directeur d'usine et sa femme enceinte de 7 mois avaient été pris en otage. Par ailleurs, une partie des armes utilisées lors de ces deux braquages sont issues d'un autre braquage ayant eu lieu dans une armurerie suisse en 2021.

Sept des suspects devaient être présentés à un juge d'instruction entre vendredi dernier et ce lundi en vue d'une éventuelle mise en examen. Les sept autres ont été relâchés sans poursuite à ce stade. Les enquêteurs de la direction zonale de la police judiciaire de Lyon et de l'office centrale de lutte contre le crime organisé cherchent encore à identifier d'autres complices.

Selon une source proche de l'affaire à franceinfo, "la Suisse est un eldorado pour les braqueurs français", avec notamment "peu de police" et "énormément de richesses". Un des derniers coups de filet à la frontière franco-suisse remonte à octobre 2019. Huit braqueurs avaient alors été interpellés en possession d'explosifs et de nombreuses armes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Droit et justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.