Vente du premier dessin de Paul Gauguin : "Une découverte fondamentale pour l'histoire de l'Art"

Selon Maître Aymeric Rouillac, le commissaire-priseur qui va présider la vente, ce dessin révèle que Gauguin n'était pas un autodidacte, contrairement à ce qu'affirmaient jusqu'ici ses biographes.

Maître Aymeric Rouillac, le commissaire priseur, et le dessin à l\'aquarelle de Paul Gauguin daté de 1865.
Maître Aymeric Rouillac, le commissaire priseur, et le dessin à l'aquarelle de Paul Gauguin daté de 1865. (PASCAL PROUST / MAXPPP)

Un dessin de Paul Gauguin daté de 1865, alors qu'il n'avait que 17 ans et était élève au lycée d'Orléans, va être vendu aux enchères dimanche 16 juin au château d'Artigny, près de Tours (Indre-et-Loire). Il représente un chalet suisse au bord d'un lac. Sa dernière toile mise aux enchères a été adjugée 300 millions d'euros en 2015.

Maître Aymeric Rouillac, le commissaire-priseur qui va présider la vente parle sur franceinfo de "découverte fondamentale pour l'histoire de l'Art". Il révèle en effet que Gauguin n'était pas un autodidacte contrairement à ce qu'affirmaient jusqu'ici ses biographes.

franceinfo : Dans quelles conditions a été découverte cette oeuvre ?

Aymeric Rouillac : Cet automne, un client vient me voir lors d'une journée d'expertise gratuite comme j'en organise chaque semaine avec ce dessin à l'aquarelle, un dessin qui ne ressemble à rien de ce qu'on connaît parce que c'est un dessin scolaire. Il me dit : "La signature c'est Gauguin. Est-ce que ce ne serait pas Paul Gauguin ?" Et en voyant la date, je me suis dit après tout, pourquoi pas ? Gauguin, à 17 ans, aurait pu réaliser cette œuvre. On ne peut pas demander à 17 ans à un artiste de peindre comme un génie, comme il le fera à 40 ou à 50 ans. Ça a été une enquête complètement folle avec deux historiens de l'Art de l'université de Tours. On a dû remonter l'histoire de cette aquarelle, trouver le chalet qu'elle représentait, qui existe toujours dans le canton de Bâle mais aussi retrouver les cours que Gauguin a pris, retrouver le professeur de Gauguin à Orléans. C'est une découverte fondamentale pour l'histoire de l'Art.

Sur cette aquarelle, Gauguin se représente en marinier sur un plan d'eau qui évoque aussi les bords de Loire ?

Exactement. Gauguin a envie d'aventure et il a tenté de se présenter à l'Ecole navale, il a échoué. Il veut s'embarquer sur un bateau mais sa mère lui dit : "Tu as 17 ans, tu passes ton bac d'abord". Alors Gauguin retourne à Orléans, il retourne au lycée mais il n'a qu'une seule envie, c'est partir. Et comme un clin d'œil, qu'est-ce qu'il fait ? Il se représente sur ce chalet suisse que lui a donné comme exercice son professeur. Il se représente seul homme au milieu de femmes en costume des alpages suisses. Il a 17 ans, il rêve de filles. Mais il rêve surtout d'aventure. Il est représenté en marinier, il regarde un bateau. Ce bateau c'est une gabare de Loire. Quatre mois plus tard, Gauguin s'engagera dans la marine marchande et ne reviendra que six ans plus tard à la peinture.

Peut-on déjà percevoir dans ce dessin des marqueurs de l'œuvre de Gauguin ?

On ne peut pas y voir des marqueurs de Gauguin mais en revanche, on va y voir toutes les leçons qu'a pu prendre Gauguin. Des leçons de perspective, d'ombres, de construction, de jeux. On pensait que Gauguin était autodidacte, c'est ce qu'écrivent la plupart de ses biographes aujourd'hui dans les livres qui font référence. Avec la découverte de ce dessin, on découvre que Gauguin a appris à dessiner, qu'il a appris les règles de l'Art. Ce clin d'œil que je trouve extrêmement amusant, c'est ce personnage facétieux. On retrouve l'irrévérence de Gauguin.

Quelle est la mise à prix ?

C'est très difficle de donner un prix à un dessin scolaire. Que vaudrait une rédaction de Victor Hugo ? Certainement pas le prix du manuscrit de Notre-Dame de Paris. Nous avons décidé de donner comme mise à prix 50 000 euros qui correspond au prix d'un petit dessin de Gauguin. Il y a des amateurs d'art moderne qui s'y intéressent mais aussi des Suisses qui disent : "Mais ce chalet, ce premier dessin de Gauguin est suisse !" Et naturellement des amateurs du bord de la Loire, d'Orléans qui se disent : "C'est une œuvre réalisée à Orléans. Cocorico !" Nous avons plusieurs nationalités réunies parce que ce n'est pas un tableau de Gauguin mais le premier et ça soulève beaucoup d'émotions.