Restitution d’œuvres d'art au Bénin : le musée du quai Branly bientôt vidé ?

Après l'annonce d'Emmanuel Macron de rendre au Bénin plusieurs de ses œuvres d'art, certains craignent de voir notamment le musée du quai Branly, à Paris, se faire vider.

FRANCE 2

Le musée du quai Branly, à Paris, musée des arts premiers, va-t-il être vidé de ses chefs-d'œuvre ? C'est l'hypothèse brandie par certains après l'annonce d'Emmanuel Macron de rendre au Bénin une partie de son trésor national. Sur les 90 000 objets d'art d'Afrique subsaharienne intégrés aux collections françaises, près des deux tiers demeurent au musée du quai Branly.

Un manque de structures pour exposer convenablement

Pour l'heure, seuls 26 biens sont concernés, notamment des statues géantes, un trône ou bien encore des portes sculptées. Des prises de guerre du général Dodds, un général français qui s'empara en 1892, époque coloniale, de la capitale du Royaume de Dahomey, l'actuel Bénin. Pour Marie-Cécile Zinsou, présidente de la fondation artistique Zinsou, "l'idée, c'est que la France, dans la dignité, rouvre le dialogue avec l'Afrique". Problème : ces œuvres font partie du domaine public. Il faudra donc modifier la loi. Autre obstacle, selon un collectionneur interrogé par France 2 : l'Afrique manquerait aujourd'hui de structures pour exposer correctement ces objets d'art ; un argument réfuté par le ministre de la Culture du Bénin. Le chef de l'État n'entend pas quant à lui faire des œuvres béninoises un cas isolé. Dès 2019, il souhaite réunir à Paris Africains et Européens pour construire ensemble une politique d'échange d’œuvres d'art.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des statues royales du Dahomey datées de 1890-1892 sont présentées au musée du quai Branly à Paris, en juin 2018.
Des statues royales du Dahomey datées de 1890-1892 sont présentées au musée du quai Branly à Paris, en juin 2018. (GERARD JULIEN / AFP)