Musique : l'accord parfait

France 2 vous propose de comprendre la force du lien qui lie les musiciens à leur instrument. 

FRANCE 2

C'est une histoire d'amour de dix ans entre Edgar Moreau et son instrument, la "prunelle de [s]es yeux", comme il dit. C'est l'ancien violoncelle d'un soliste de l'Opéra de Paris. Sur cette œuvre d'art musicale vieille de 300 ans, le petit Prince du violoncelle, âgé lui d'à peine 24 ans, a offert une sarabande de Bach en hommage aux victimes des attentats de Paris en novembre 2015. Et grâce à ce précieux violoncelle, et bien sûr à sa virtuosité, Edgar Moreau a déjà remporté deux Victoires de la musique.

"C'est comme si vous vous trimbaliez un appartement parisien sur le dos"

Cette œuvre d'art d'un des plus grands luthiers italiens du XVIIIe siècle vaut près de 2 millions d'euros. "On doit apprendre à vivre avec une grosse fortune sur nos épaules, quasiment tout le temps. C'est un truc au début, assez étrange, parce que c'est comme si vous vous trimbaliez un appartement parisien sur le dos", plaisante-t-il. "Ça m'est arrivé d'avoir des sueurs froides d'un coup en me disant 'ouh la la, où est mon instrument ?', alors que je me déplace seul sans lui", confie-t-il. Il y a dix ans, Edgar a eu un coup de cœur pour cet objet d'art, car entre un musicien et son instrument, il se passe une vraie rencontre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Syrian Expat Philarmonic Orchestra (SEPO) joue samedi 2 décembre pour la première fois en France. (Photo d\'illustration)
Le Syrian Expat Philarmonic Orchestra (SEPO) joue samedi 2 décembre pour la première fois en France. (Photo d'illustration) (MAXPPP)