Mai-68 : une révolution machiste ?

Florence Montreynaud, historienne et linguiste, apporte un nouvel éclairage sur Mai-68, qu’elle qualifie de "révolte d’hommes".

Voir la vidéo
FRANCEINFO

"J’étais à Nanterre, j’ai fait mes études justement jusqu’en 1968, et je passais dans les couloirs du hall B. Je jetais un œil par la porte, c’était enfumé, c’était bruyant, ça criait dans tous les sens… Il n’y avait que des garçons qui parlaient à la tribune. Mais à l’époque c’était normal." Florence Montreynaud se souvient de sa propre expérience de Mai-68. L’historienne et linguiste féministe, auteure de Le Roi des cons, quand la langue française fait mal aux femmes, estime qu’il s’est agi d’une révolution machiste.

"C’est la libération sexuelle masculine"

"C’était une révolte d’hommes, de garçons qui sont dans la domination masculine. Ce qu’ils veulent, c’est avoir accès aux dortoirs des filles, c’est quand même assez clair !" Le 22 mars 1968, à Nanterre, tout a en effet commencé par la volonté des étudiants d’ouvrir les dortoirs des filles aux garçons. "Il fallait se plier aux désirs des mecs, sinon on disait 't‘es pas libérée'. Parce qu’à l’époque on commençait à prendre la pilule (…) donc on n’avait plus peur de la grossesse. Mais ce n’est pas pour autant qu’on avait forcément envie de coucher avec tout le monde. (…) 1968, on parle beaucoup de libération sexuelle et c’est vraiment abusif. Parce que c’est la libération sexuelle masculine."

Mai-68 : une révolution machiste ?
Mai-68 : une révolution machiste ? (FRANCEINFO)