Librairies considérées comme "commerces essentiels" : la présidente du Syndicat de la librairie française "très contente" de la décision

Les librairies ont été déclarées "commerces essentiels" et pourront donc rester ouvertes en cas de confinement le week-end.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des clients d'une librairie en train de choisir des livres, le 28 novembre 2020, à Paris.  (ALAIN JOCARD / AFP)

"Je suis vraiment très, très contente pour mes collègues libraires" s’est réjoui la présidente du Syndicat de la librairie française et directrice de librairie amiénoise Anne Martelle vendredi 26 février sur franceinfo, après que les librairies ont été déclarées "commerces essentiels".

Les libraires françaises ont, "dès le premier confinement mené une bataille pour dire que les librairies étaient un commerce essentiel", a-t-elle souligné avant de remercier "infiniment la ministre de la Culture qui était convaincue de la justesse" de cette bataille.

Une décision nécessaire "à deux titres", a expliqué la libraire picarde : "économiquement, la librairie, c'est le commerce le moins rentable de France. Donc, c'est un commerce extrêmement fragile et la moindre perturbation peut engendrer une faillite".

"En librairie, vous avez accès à la connaissance, vous avez accès au savoir", a-t-elle ajouté. "Vous avez accès à l'aventure. Vous avez accès aux livres, à des auteurs dont on ne parle pas forcément tous les jours, mais que font découvrir les libraires et qui ne seront pas forcément vendus sur les plateformes internet. Parce que, justement, le libraire n'est pas là pour en parler", a plaidé Anne Martelle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.