Le célèbre cirque Pinder placé en liquidation judiciaire et contraint d'annuler tous ses spectacles

"On a demandé au président Macron de faire quelque chose et rien n'a été fait", a regretté, sur franceinfo, le propriétaire du cirque Pinder, qui évoque une baisse sensible de la fréquentation.

Le cirque Pinder a été placé en liquidation judiciaire.
Le cirque Pinder a été placé en liquidation judiciaire. (MAXPPP)

La société Car Promogil qui exploite le cirque Pinder a été placée en liquidation judiciaire le 2 mai dernier par le tribunal de commerce de Créteil, a appris franceinfo dimanche 6 mai, confirmant une information de Ouest-France. "La crise est ainsi faite et on ne peut pas y faire grand-chose. On a été obligés de faire cela, alors qu'on ne doit rien à personne" a précisé sur franceinfo Gilbert Edelstein, propriétaire du cirque. "J'ai mis plus de 2 millions d'euros de mon argent personnel depuis 5 ans, pour continuer à survivre, il fallait que je remette 500 000 euros de plus, alors j'ai préféré arrêter", confie-t-il.

Un chiffre d'affaires en très forte baisse

"C'est moi qui ai demandé la cessation de paiement, parce qu'on n'y arrivait plus, on a demandé une aide au [ministère] de la Culture qui n'est pas arrivée, on a demandé au président Macron de faire quelque chose et rien n'a été fait" a expliqué Gilbert Edelstein. 

De 2014 à 2016, le chiffre d'affaires est passé de 7,4 à moins de 6 millions d'euros. En cause notamment, la baisse de fréquentation des écoles. Le passage à la semaine de 4,5 jours pour les maternelles et les primaires a eu une incidence. "En trois ans, on est passé de 450 000 spectateurs scolaires par an à même pas 100 000, l'année dernière. Cette année c'est encore pire, on a fait des séances scolaires de 300-400 personnes alors que normalement c'est plein et que cela assurait la base", s'est lamenté le propriétaire du cirque Pinder.

Un parc d'attractions "Pinderland" en projet pour rebondir

En 2018, l'activité ne s'est pas redressée selon Gilbert Edelstein : "Les mois de mars et d'avril ont été catastrophiques. Quand vous gagnez moins, c'est faire preuve de bonne gestion que de dire qu'on n'y arrive plus et qu'il faut arrêter".

Tous les spectacles à venir sont annulés "pour le moment" a précisé le propriétaire du cirque Pinder. "On va certainement repartir en juillet et en août, mais ce n'est pas encore sûr". Gilbert Edelstein compte développer un parc d'attractions, le "Pinderland", prévu en Seine-et-Marne, à Perthe-en-Gâtinais pour poursuivre ses activités et "faire voir que le monde du cirque est bien vivant et en particulier, Pinder".