Interdiction des cirques avec animaux sauvages à Montpellier : une association conteste la décision de la mairie en justice

L'association dénonce "une espèce de fatwa anti-cirque" lancée par la ville. 

Un tigre qui fait partie du cirque Arlette Gruss, le 28 septembre 2018.
Un tigre qui fait partie du cirque Arlette Gruss, le 28 septembre 2018. (GR?GORY YETCHMENIZA / MAXPPP)

L'association de défense des cirques de famille attaque en justice la ville de Montpellier, a rapporté France Bleu Hérault jeudi 29 novembre, au lendemain d'un vœu adopté en conseil municipal qui interdit les cirques d'animaux sauvages à partir du 1er janvier 2019.

Elle a indiqué qu'elle allait "immédiatement" saisir le tribunal administratif de Montpellier. "Nous demandons officiellement au préfet de l'Hérault de déférer cette délibération illégale au juge administratif", a ajouté l'association des cirques de famille de France, qui dénonce "une espèce de fatwa anti-cirque" lancée par la ville héraultaise. "Nous viendrons à Montpellier en 2019 et on voudrait bien voir que le maire nous en empêche", a-t-elle ensuite promis sur France Bleu Hérault.

Avant le vote à l'unanimité, ce mercredi, de l'interdiction des cirques avec animaux sauvages, Philippe Saurel, le maire de Montpellier, avait surpris pendant sa cérémonie de vœux à la Métropole en janvier dernier, en proposant de ne plus les accueillir. "On ne peut pas lutter contre la disparition des espèces et tolérer le contraire", avait-il alors indiqué.