Dernière du Fashion Freak Show, la revue de Jean-Paul Gaultier : "C'était mon rêve de gamin"

Immense succès cette saison pour le Fashion Freak Show, avec 250 000 spectateurs et près de 250 représentations.

Jean-Paul Gaultier s\'est confié à franceinfo avant la dernière de son spectacle, le Fashion Freak Show
Jean-Paul Gaultier s'est confié à franceinfo avant la dernière de son spectacle, le Fashion Freak Show (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

La dernière représentation parisienne du Fashion Freak Show, la revue imaginée et créée par le couturier Jean-Paul Gaultier a lieu dimanche 16 juin aux Folies Bergères. Le spectacle qui mêle danse, musique et vidéo raconte la vie et le parcours dans la mode du couturier. Le Fashion Freak Show a connu cette saison un immense succès : 250 000 spectateurs et près de 250 représentations. Jean-Paul Gaultier s'est confié à franceinfo avant cette dernière représentation.

franceinfo : Vous attendiez-vous à un tel succès ?

Jean-Paul Gaultier : C’est vraiment la grosse surprise et un énorme bonheur. C'était mon rêve de gamin. Bien sûr, j'ai mis dans ce spectacle des choses que je savais faire, et j'ai raconté un petit peu mon histoire. Au moins, je connaissais un petit peu le sujet ! Mais je ne m'attendais pas à ce que le public réagisse comme ça, et à ce qu'il y ait autant de monde. Au départ, on espérait que le spectacle tienne trois mois, et puis après, ça a augmenté, augmenté... Maintenant, ça fait carrément huit mois, presque neuf mois. C'est un énorme accouchement, donc c'est fabuleux.

Comment expliquez-vous ce succès ? Qu'est-ce qui a autant attiré les spectateurs ?

C'est difficile à analyser. Je crois que c'est l'espèce de sincérité que j'y ai mis. J'ai montré des parties de ma vie avec des choses assez intimes : la mort de mon ami Francis, mort du sida, pour montrer qu'il faut continuer à se protéger de ce fléau qui est toujours là, qui existe toujours. Donc, j'ai voulu parler de choses qui m'étaient peut-être très personnelles, mais en fin de compte, ce n'est pas de l’indiscrétion, ce sont simplement des choses qui se sont passées.

Est-ce que ce succès vous donne envie de continuer pour un autre spectacle ?

Alors évidemment, ça me donne tout à fait envie, mais pas de la même façon que maintenant. Je n'écrirais plus. Je peux aider, travailler avec des metteurs en scène, et tous ceux qui ont déjà leur histoire et qui ont envie de ma direction artistique, sur le plan artistique et visuel. Ça oui, mais le faire tout seul, non, parce que je n'ai plus rien à dire. Je crois que j'aurais un petit peu tout dit.

Où serez-vous pour cette dernière représentation parisienne ? Dans la salle ou dans les coulisses ?

Les deux ! C'est-à-dire que je serai à la fois en coulisses, et aussitôt après, j'irai dans la salle, pour revoir une dernière fois ce spectacle aux Folies Bergères, à Paris, en France. Et puis à la fin, un petit au revoir sur scène. Mais enfin, je ne vais pas chanter, je vais simplement accompagner, aller embrasser un peu tous ceux qui sont l'âme de ce spectacle.