Cet article date de plus de cinq ans.

Claude Lanzmann, le réalisateur de "Shoah", est mort, annonce son éditeur

Le réalisateur s'est éteint à Paris, jeudi 5 juillet.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le réalisateur Claude Lanzmann, le 7 mars 2018 à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Il s'est éteint chez lui. Claude Lanzmann le réalisateur de Shoah, est mort, a annoncé, jeudi 5 juillet, son éditeur à l'AFP. "Claude Lanzmann est mort ce matin à son domicile. Il était très très faible depuis quelques jours", a indiqué une porte-parole de Gallimard. Journaliste, cinéaste, écrivain, grand passeur de mémoire, Claude Lanzmann, est mort à l'âge de 92 ans à Paris.

Claude Lanzmann fut aussi journaliste, directeur des Temps Modernes, et écrivain. Ami de Jean-Paul Sartre, compagnon de Simone de Beauvoir, il était un défenseur infatigable de la cause d'Israël.

"Je crois que j'ai incarné la vérité"

Petit-fils d'immigrés juifs biélorusses, Claude Lanzmann naît le 27 novembre 1925 à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine) d'un père décorateur et d'une mère antiquaire. Il doit très tôt faire face à l'antisémitisme, notamment au lycée parisien Condorcet.

Il aura marqué l'histoire du XXe siècle avec Shoah, film monument sur l'extermination des Juifs par les nazis. "Je suis habité par la conscience orgueilleuse de ce que j'ai accompli", disait le réalisateur à propos de ce film de neuf heures et trente minutes, sorti en 1985, qui a obtenu des récompenses dans le monde entier (dont, en France, un César d'honneur en 1986) et a été vu par des dizaines de millions de spectateurs. "Cent vies, je le sais, ne me lasseraient pas", affirmait cet intellectuel au caractère téméraire, à l'existence menée tambour battant.

Il avait été très affecté par la mort brutale en 2017 de son fils Félix "emporté à 23 ans par un cancer impitoyable""La mort ne va pas de soi. Moi, je ne suis pas du tout pour la mort. Je crois toujours à la vie. J'aime la vie à la folie même si elle n'est pas le plus souvent marrante", avait-il confié récemment à un journaliste de l'AFP.

Claude Lanzmann se revendiquait résistant et combattant de la vérité. "Si je suis irréductible, c'est par rapport à la vérité. Quand je regarde ce que j'ai fait au cours de ma vie, je crois que j'ai incarné la vérité. Je n'ai pas joué avec ça", avait-il affirmé.

"Dire l'indicible"

L'annonce de sa mort suscite de nombreuses réactions. Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, rend hommage sur Twitter à "cet homme incroyable qui a offert au monde le mot Shoah pour dire l'indicible". "C’était un valeureux. Un cinéaste immense. Et un homme bon. Je ne me pardonne pas nos brouilles. Je chéris, comme un trésor, les beaux moments vécus ensemble", écrit le philosophe Bernard-Henri Lévy.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.