Cinéma : Alex Lutz incarne une idole de la chanson française

Alex Lutz vient de réaliser son deuxième long-métrage, "Guy". L'histoire d'une ancienne idole de la chanson française.

Voir la vidéo
France 2

Le film est audacieux, il prend la forme d'un documentaire sur un chanteur populaire, par le fils qu'il a eu sans le savoir vingt ans plus tôt. L'occasion pour Alex Lutz d'inventer de toute pièce un chanteur, sa musique et ses tubes qui ont peut-être pris quelques rides, comme lui, et l'occasion d'évoquer un choc des générations. Autour de Guy Jamet, le film Guy convoque de vrais chanteurs et interroge les mystères de la popularité. Une incroyable performance, nécessitant plus de 4 heures de maquillage et pour laquelle Alex Lutz chantaient pour la première fois. "Il fallait que ce personnage existe complètement car c'est un personnage de roman, on doit s'y être attaché à la fin du livre", explique le comédien.

"Travailler avec beaucoup de détails"

Pourquoi un faux documentaire ? "Ça me permettait d'être extrêmement libre et de pouvoir m'amuser avec cette histoire, cette vie. Le faux documentaire permet de travailler avec beaucoup de détails et, à l'intérieur de cela, raconter cette histoire entre père et fils", précise Alex Lutz. Pour construire le personnage de Guy, il s'est inspiré de plusieurs chanteurs et a pris beaucoup de plaisir à enregistrer la bande originale du film, qu'il chante lui-même. "C'est un personnage qui a pris des coups dans la figure au fil de sa vie", explique Alex Lutz pour justifier le changement de voix de son personnage au long du film. La performance du comédien a été saluée par la critique, pour ce film très drôle, mais dans lequel on perçoit un peu de mélancolie : "Vu que c'est une ode à la vie, ça doit ressembler à la vie. Dans la vie on rigole et des fois on est plus amère", conclut Alex Lutz.

Le JT
Les autres sujets du JT
Alex Lutz, comédien, reçoit le Molière de l\'humour, le 23 mai 2016, aux Folies Bergère, à Paris.
Alex Lutz, comédien, reçoit le Molière de l'humour, le 23 mai 2016, aux Folies Bergère, à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)