VIDÉO. Otages libérés : "L'heure n'est pas aux polémiques, l'heure est aux hommages", selon Florence Parly

Invitée de France Inter lundi, la ministre des Armées est revenue sur l'opération de libération des deux otages français au Burkina Faso.

France Inter

"L'heure n'est pas aux polémiques, ne comptez pas sur moi pour les nourrir", a estimé, lundi 13 mai sur France Inter, Florence Parly, la ministre des Armées, après l'opération qui a permis de libérer les deux Français enlevés au Bénin coûtant ainsi la vie à deux soldats français.

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait souligné les "risques majeurs" pris par les deux Français, qui ont été capturés le 1er mai dans le nord du Bénin puis retenus par un groupe jihadiste. Et certaines voix se sont étonnées de l'accueil réservés aux otages à leur retour. Le maire LR de Toulon - chef-lieu du département où étaient basés les militaires tués -, Hubert Falco, a dit samedi "refuser de cautionner l'accueil solennel" pour les ex-otages, qu'il a qualifiés de "touristes inconscients".

>> Otages libérés au Burkina Faso : les professionnels du tourisme tiennent-ils compte des "zones rouges" établies par les autorités françaises ?

Pour Florence Parly, "aujourd'hui et demain, l'heure est aux (...) hommages à ces militaires qui ont payé de leur vie pour pouvoir sauver celle des autres." Elle a salué le "don de soi pour mener cette mission jusqu'à son terme" de ces "morts exceptionnelles pour la France".

La ministre des Armées est revenue sur les circonstances de l'assaut lors duquel les deux soldats français ont trouvé la mort. "Lors de cette mission qui avait pour objectif de libérer des otages sains et saufson ne savait pas dans quelle tente les otages se trouvaient. Il n'était donc pas possible de tirer en premier. C'est la raison pour laquelle, dans les huttes qui ne contenaient pas nos otages mais des ravisseurs et des terroristes, nos deux fusiliers marins ont trouvé la mort".

"Si les terroristes veulent s'en prendre à la France, ils nous trouveront"

"Le message que nous avons voulu faire passer est double, affirme Florence Parly : D'abord, la mission de nos armées est de protéger les Français et elles l'ont fait. Deuxième message vis-à-vis des terroristes cette fois, si les terroristes veulent s'en prendre à la France et aux Français alors ils nous trouveront. Nous les rechercherons, nous les traquerons et nous les neutraliserons."

Cette intervention s'inscrit dans le cadre de l'opération Barkhane, une opération militaire que la France mène au Sahel. "Sur ce territoire la France a deux missions, rappelle Florence Parly. Contenir le terrorisme et former et entraîner les armées locales afin qu'elles puissent un jour gérer leur sécurité".

"Il est exact que certains pays qui n'étaient pas encore touchés par le terrorisme le sont de plus en plus mais nous contenons le terrorisme au Mali avec grand succès, mesure-t-elle. C'est une stratégie qui fonctionne dans la durée." Sur l'autre volet, la formation des armées locales, "nous le faisons en nous appuyant sur l'action militaire mais aussi sur l'action économique et de développement, assure Florence Parly. Il ne peut pas y avoir de succès militaire sans un engagement économique au profit des populations."

Florence Parly, ministre des Armées, le 13 mai 2019 sur France Inter.
Florence Parly, ministre des Armées, le 13 mai 2019 sur France Inter. (FRANCEINTER)