Vidéo Crise des sous-marins : "Le résultat d'un amateurisme le plus total", accuse Philippe Juvin

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"Cette décision australienne est un véritable Trafalgar pour l'industrie et la diplomatie française, a estimé sur franceinfo le candidat à la primaire Les Républicains et chef des urgences de l’hôpital Georges Pompidou à Paris.

"C'est le résultat d'un amateurisme le plus total qui fait que plusieurs dizaines de milliards d'euros de marchés ont été perdus", a accusé dimanche 19 septembre sur franceinfo Philippe Juvin, candidat à la primaire Les Républicains et chef des urgences de l’hôpital Georges Pompidou à Paris, réagissant à la crise des sous-marins entre la France, l'Australie et les États-Unis.

"Cette décision australienne est un véritable Trafalgar pour l'industrie et la diplomatie française, a-t-il estimé. En fait, on s'aperçoit que la France n'est pas respectée."

"Quand j'entends le ministre chouiner dans son coin en expliquant que ce n'est pas sympa, que les Australiens n'ont pas été gentils… Tout ça est ridicule."

Philippe Juvin

à franceinfo

"Manifestement, les négociations avec l'Australie patinaient depuis des mois, poursuit le candidat à la présidentielle. Le premier ministre australien avait semble-t-il informé l'Elysée qu'il n'arrivait pas à négocier avec le ministère français. Voilà le résultat d'un amateurisme le plus total qui fait que plusieurs dizaines de milliards d'euros de marchés ont été perdus. C'est la conséquence d'un amateurisme général à la tête du gouvernement."

Favorable à une commission d'enquête

Le chef des urgences de l’hôpital Georges Pompidou s'est inquiété des conséquences de cette crise des sous-marins : "Nous perdons des emplois et nous perdons en influence dans l'Indo-Pacifique. Alors maintenant, qu'est-ce qu'on fait ? On en tire des conséquences. La France doit retrouver son autonomie et son indépendance. Quand nous prenons des décisions de ce genre, il faut qu'elles puissent être appuyées et assurées." Pour lui, il "n'est pas possible de vouloir vendre des sous-marins, mais d'avoir des négociations qui n'en finissent pas pendant quatre ou cinq ans. Cette affaire est très révélatrice. J'entends Jean-Yves Le Drian commentait cette affaire, mais on ne lui demande pas ça. On lui demandait depuis des mois de résoudre des problèmes que les Australiens mettaient en face de nous."

Philippe Juvin se dit favorable à la mise en place d'une commission d'enquête sur cette affaire : "Ce serait intéressant de savoir pourquoi ça a capoté. Est-ce vraiment l'Australie qui nous a surpris du jour ou lendemain, ou alors la version australienne est-elle la bonne quand ils disent qu'ils nous mettent en garde depuis des mois ?"

"La vérité doit être faite là-dessus parce que ça va montrer des insuffisances à la tête de l'exécutif, mais ne vous inquiétez pas, je les connais, il n'y aura aucune enquête sérieuse sur le sujet."

Philippe Juvin

à franceinfo

Le maire de La Garenne-Colombes appelle à "arrêter la naïveté en matière internationale". "Il n'y a pas d'alliés, il y a des rapports de force, a-t-il martelé. Chaque pays défend ses intérêts. Quand on avait vendu les sous-marins, la France avait défendu ses intérêts contre l'Allemagne, contre la Suède. C'est chacun pour soi. Et on s'aperçoit que la France ne sait plus mener correctement ce chacun pour soi. A l'époque quand le président Hollande avait signé ce contrat, j'avais applaudi, c'était une réussite pour la France, et j'étais fier de mon pays."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.