Service national obligatoire : le retour ?

Il y aura bien un service national universel obligatoire selon Emmanuel Macron. D'une durée de trois à six mois, ce dispositif devrait coûter cher à l'État : jusqu'à 15 milliards d'euros.

Pour tous ou presque, c'est une découverte : le gilet pare-balles du soldat, ou son quotidien sur le théâtre des opérations. Ces 50 jeunes participent à la journée obligatoire de préparation à la défense. Et quand on leur demande s'ils aimeraient que l'expérience dure plus longtemps, ils refusent poliment. Pourtant, mardi 13 février au soir, lors d'un dîner avec la presse, Emmanuel Macron a réaffirmé son souhait d'un service national obligatoire, pour les filles comme pour les garçons, d'une durée de 3 à 6 mois et qui pourrait se dérouler dans le cadre d'un service civique.

Entre trois et 15 milliards d'euros par an

Pour le reste, affirme-t-on à l'Élysée, tout est encore en arbitrage entre les différents ministres concernés. En clair : les députés sont écartés, alors qu'ils ont rendu ce mercredi 14 février un rapport sur le service national. À la commission défense de l'Assemblée, les députés de l'opposition doutent de la faisabilité de la proposition présidentielle. La majorité, elle, ne commente pas la sortie présidentielle, mais s'inquiète hors caméras du coût de la proposition : entre trois et 15 milliards d'euros par an, selon les premières estimations.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des jeunes gens accueillis pour une période de service militaire volontaire, ici en 2015, à Montigny-les-Metz.
Des jeunes gens accueillis pour une période de service militaire volontaire, ici en 2015, à Montigny-les-Metz. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)