Sécurité dans les bus : ces communes qui ont choisi la vidéosurveillance

De nombreux chauffeurs de bus s'inquiètent des actes d'incivilité et parfois même de violence dont ils sont victimes. Plusieurs communes ont décidé d'équiper des véhicules de caméras de vidéosurveillance. 

Même à des centaines de kilomètres de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), l'agression du chauffeur de bus survenue dimanche 5 juillet demeure dans tous les esprits. À Beauvais, dans l'Oise, Jean-Christophe Balustre est lui aussi conducteur. S'il n'a jamais craint pour sa vie, le chauffeur a néanmoins déjà été pris à partie récemment par une passagère violente. "Il était tard dans la nuit et elle voulait descendre à la mairie mais je lui ai dit que je n'y allais pas. Elle a commencé à me taper dessus et à m'insulter", confie le conducteur de bus. 

Un système qui existe depuis dix ans à Agen

Son employeur a depuis plusieurs mois installé quatre caméras dans chacun des véhicules de la compagnie. Un dispositif qui rassure le conducteur, mais aussi les passagers. "C'est une très bonne idée parce qu'il peut y avoir des vols, des agressions", assure une usagère. Alors que ce système de vidéosurveillance commence à faire ses preuves à Beauvais, il existe depuis déjà 10 ans à Agen, dans le Lot-et-Garonne. La caméra de surveillance se déclenche directement depuis la cabine du conducteur. Malgré les réticences de certains passagers, le dispositif a prouvé son efficacité et a été utile près d'une dizaine de fois chaque année. 

Le JT
Les autres sujets du JT
A Lille, aucun bus ne circulait sur le réseau \"urbain\" et 17% des salariés Transpole étaient en grève, selon l\'entreprise.
A Lille, aucun bus ne circulait sur le réseau "urbain" et 17% des salariés Transpole étaient en grève, selon l'entreprise. (DENIS CHARLET / AFP)