VIDEO. Menace terroriste : un week-end de Pâques sous très haute surveillance

Une semaine après les attaques terroristes qui ont fait quatre morts à Trèbes et Carcassonne (Aude), ce week-end de Pâques est placé sous très haute surveillance : au total, sur tout le territoire, 70 000 policiers et gendarmes sont mobilisés. 

Voir la vidéo
France 3

En ce week-end de Pâques, impossible de s'approcher de Notre-Dame sans se plier aux contrôles. Cet après-midi, tous les sacs étaient minutieusement inspectés à l'entrée de l'édifice. Pas vraiment de quoi perturber les touristes. "Ça fait un peu peur de voir ces hommes en armes, mais en même temps c'est rassurant, car  ils sont là pour nous protéger, nous aider", témoigne une jeune touriste. La présence policière a été renforcée pour ce week-end pascal, en raison du risque terroriste.

41 000 policiers et 29 000 gendarmes

Une menace qui n'a pas empêché cette famille nîmoise de venir passer quelques jours à Paris : "Ces fêtes de Pâques sont une cible privilégiée peut-être, mais on n'y pense pas vraiment, on vient totalement décontractés", affirme le père de famille. "Si je dois aller à la messe, ce n'est pas parce qu'il y a des attaques que je n'irai pas, ça reste dans mes convictions", renchérit son épouse. La menace reste élevée, et une semaine après les attaques terroristes de l'Aude, le ministère de l'Intérieur l'a confirmé, les forces de l'ordre restent pleinement mobilisées : "41 000 policiers, et 29 000 gendarmes mobilisés sur tout le territoire, à peu près 2 500 sur Paris et la petite couronne", rapporte Frédéric de Lanouvelle, porte-parole du ministère de l'Intérieur.  Des dispositifs dissuasifs, qui concernent également les mosquées et les synagogues.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers patrouillent à proximité de la basilique du Sacré Coeur à Paris, le 30 mars 2018.
Des policiers patrouillent à proximité de la basilique du Sacré Coeur à Paris, le 30 mars 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)