Cet article date de plus de deux ans.

"On a toujours une pensée pour la famille" : le réveillon des soldats français dans le désert jordanien

La ministre des Armées a célébré le passage à la nouvelle année aux côtés des soldats français de l'opération Chammal, en Jordanie. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Environ 270 militaires français de l'opération Chammal ont passé le réveillon en plein désert jordanien (illustration). (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Les 270 militaires français de l'opération Chammal ont passé le réveillon en plein désert jordanien, lundi 31 décembre. C'est de leur base que décollent les avions qui frappent les positions de l'État islamique en Syrie. Ils étaient en compagnie de la ministre de la défense Florence Parly.

Le mess a été transformé en salle de fête, décoré de guirlandes pour le passage à la nouvelle année. Sur chaque table, il y a deux bouteilles de champagne, le vin a été choisi par le chef d'état-major de l'armée de l'air, originaire de Bergerac. Il accompagne la ministre venue partager ce dîner avec toutes celles et ceux qui sont loin de leurs familles, en cette soirée de réveillon. "On a toujours une pensée pour la famille, c'est sûr, mais après, ça fait partie du métier. On apprécie chaque moment, que ce soit avec la famille ou avec nos frères d'armes."

Un engagement reconnu

Pilotes, mécaniciens, navigateurs, pompiers, gendarmes, tous se retrouvent autour de ce même engagement qui impose des sacrifices, comme le confie ce militaire :
"Cela fait trois fois que je passe les fêtes en dehors de chez moi. J'en suis à ma dixième opération extérieure. Les personnes avec qui on vit connaissent ça, en ont conscience. On se sent soutenus, c'est comme ça qu'on fait du bon travail en mission".

"Votre engagement est exemplaire, courageux, essentiel", a souligné Florence Parly. "En 2019, que Daech n'espère ni sursis ni repos", a-t-elle conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.