Mali : un véhicule blindé français de l'opération Barkhane pris pour cible à Gao

Les soldats français de l'opération Barkhane ont été visés dimanche par une attaque dans la région de Gao, au Mali. 

Des soldats français de l\'opération Barkhane, ci-contre au camp de Ménaka au Mali, en mai 2018. 
Des soldats français de l'opération Barkhane, ci-contre au camp de Ménaka au Mali, en mai 2018.  (ERIC AUDRA / RADIO FRANCE)

Une explosion a eu lieu dimanche 1er juillet dans la matinée au passage d'un VBCI (véhicules blindés de combat d'infanterie) de la force Barkhane qui patrouillait à Gao, dans le nord du Mali, faisant "un grand nombre de victimes civiles", a déclaré à l'AFP le colonel Patrik Steiger, porte-parole de l'état-major français des armées. 

Selon des témoins, une voiture conduite par un kamikaze a explosé au passage de la patrouille qui lui barrait la route. Aucun soldat français n'a été tué, a affirmé l'État major joint par franceinfo, sans préciser s'il y avait des blessés parmi les militaires.

Cette attaque intervient à moins d'un mois de l'élection présidentielle du 29 juillet au Mali, dans un contexte sécuritaire fragile. Vendredi, à Sévaré, dans le centre du pays, le QG de la force conjointe G5-Sahel, qui vise à lutter contre le terrorisme dans la région, a été la cible d'une attaque-suicide qui a fait trois morts.

L'opération Barkhane au Sahel est menée par la France depuis bientôt quatre ans. Elle a succédé, le 1er août 2014, à l'opération Serval. Elle mobilise aujourd'hui 4 500 soldats français. C'est le plus important déploiement français en opération extérieure.