Le porte-avions français qui remplacera le "Charles-de-Gaulle" sera à propulsion nucléaire, annonce Emmanuel Macron

Le président de la République était en déplacement officiel au Creusot mardi pour rencontrer les dirigeants des entreprises qui travaillent pour le nucléaire civil et militaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le porte-avions "Charles de Gaulle" prêt à appareiller, Toulon, le 21 janvier 2020. (CHRISTELLE MARQUÈS / RADIOFRANCE)

"Le Charles-de-Gaulle arrivera à la fin de sa vie en 2038. C'est pourquoi j'ai décidé que le futur porte-avion qui dotera notre marine sera, comme le Charles-de-Gaulle, à propulsion nucléaire." Emmanuel Macron a fait cette annonce mardi 8 décembre lors de son déplacement au Creusot (Saône-et-Loire). "Votre usine du Creusot produira, parmi d'autres, plusieurs pièces majeures du futur porte-avions", a-t-il ajouté.

La France va investir un milliard d'euros dans la phase de développement du nouveau porte-avions jusqu'en 2025, avant que ne débute la phase de construction, dans les chantiers navals de Saint-Nazaire, où seront créés 400 des 2 000 emplois attendus, précise le ministère des Armées.

Pour Emmanuel Macron, "le nucléaire restera la pierre angulaire de notre autonomie stratégique". Ce déplacement a permis au chef de l'Etat de rencontrer les dirigeants des entreprises qui travaillent pour le nucléaire, civil et militaire, et de parler de l'avenir de ce fleuron de l'industrie française.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.